Recherche
Se connecter

Balises iBeacon : connectez-vous à vos clients

Publié par Marie J. Guillet le
Balises iBeacon : connectez-vous à vos clients

Je m'abonne

1 - Comment ça marche ?

D'un côté, une balise ("beacon"), suffisamment petite pour être accrochée discrètement sur un mur ou à un comptoir, émet en continu un signal diffusé en bluetooth basse consommation, ou BLE (Bluetooth Low Energy). De l'autre, un récepteur mobile, typiquement le smartphone d'un client (sous iOS7 ou Android), affiche un message lorsqu'il passe à proximité de la balise. À trois conditions : que l'usager ait activé l'option bluetooth de son mobile, qu'il ait accepté la géolocalisation et qu'il ait ouvert au moins une fois l'application du lieu qui accueille la balise (elle peut ensuite rester fermée). Car ce sont l'application et son logiciel qui transforment le signal continu de la balise en un message reçu par le consommateur sur son portable. Précisons que la technologie évolue tellement vite que prochainement, cette contrainte concernant l'ouverture de l'application devrait disparaître.

2 - Quel équipement ?

La balise est le plus souvent un petit boîtier coloré de forme variable, équipé d'une pile. C'est son point faible : sur certains modèles, la pile n'est même pas changeable. Ingérable pour une surface équipée de multiples balises. Les fabricants font donc d'importants efforts pour proposer des émetteurs rechargeables et des piles de qualité (jusqu'à un an d'autonomie). Autre possibilité : modifier la balise pour qu'elle puisse être branchée sur secteur. Ou se passer carrément de boîtier et utiliser un smartphone ou une tablette en mode périphérique, comme balise émettrice. C'est le choix qu'a fait Apple lorsque la marque a équipé ses 254 magasins américains d'iBeacons iPad et iPhone en décembre dernier. Ces derniers peuvent donc être à la fois émetteurs et récepteurs.

3 - À quelle distance ?

L'iBeacon est un système indoor de géolocalisation d'un appareil mobile, fondé non pas sur le GPS (pour l'extérieur) ou le wi-fi (imprécis), mais sur une technologie Bluetooth nouvelle génération, qui consomme peu. Quand Apple a lancé ses iBeacons fin 2013, il a défini trois zones d'influence (lointaine, proche et immédiate), ce quelques centimètres à 40-50 mètres environ. Cela permet donc aux usagers de recevoir des messages différents selon la distance qui les sépare de la balise.

4 - Comment les distinguer ?

Chaque balise a une identité, (l'UUID, Universal unique identifier) et deux valeurs paramétrables qui, conjuguées, permettent de les distinguer et d'organiser le déploiement. L'UUID sera commune à toutes les balises d'une même entreprise, par exemple Carrefour. La valeur majeure sert à identifier un groupe de balises, comme toutes celles de l'hypermarché de Villeneuve-la-Garenne, qui vient de s'équiper pour faciliter le parcours en magasin. Et enfin, la valeur mineure déterminera un lieu plus circonscrit, comme le rayon ultrafrais. C'est ainsi que Carrefour pourra singulariser ses messages push et éviter de vanter, par exemple, l'offre spéciale "petits pois" à l'approche du rayon lingerie.

La valeur de l'emplacement

Dans la grande distribution, la connaissance que donne l'iBeacon d'un rayon détermine la monétisation des emplacements auprès des marques et aboutit à la création de nouveaux relais publicitaires : les messages diffusés par chaque balise. De même, les acteurs du mobilier urbain vont mailler leurs zones d'implantation de balises afin de les louer.

5 - Tout est dans l'appli

L'intelligence du système, sa valeur ajoutée, est dans le logiciel et non dans les balises, qui ne font qu'émettre. Deux cas de figure : soit vous avez déjà une application existante pour votre magasin, musée, restaurant... Un logiciel dédié aux iBeacons, adapté à vos besoins, y sera intégré. Soit vous n'avez aucune application : vous devrez alors en créer une pour rendre intelligible le signal émis par les balises.

6 - Alors, quels messages ?

L'enthousiasme soulevé par ce nouveau système vient du fait que seule l'imagination limite son usage ! Dès lors que les balises sont paramétrées par leurs propriétaires, les messages push en texte, audio, vidéo ou le tout combiné, vont des annonces de bienvenue aux offres commerciales de toute sorte, en passant par des informations produit, l'affichage d'un itinéraire dans un grand magasin, un entrepôt, un aéroport, un musée, un hôpital... Vous souhaitez animer un centre commercial ? Créer un trafic spécifique ? Organisez une chasse au trésor qui, de balise en balise, guidera le consommateur vers la destination choisie. Vous voulez faciliter l'expérience voyageur ? Virgin Atlantic, à l'aéroport d'Heathrow, envoie à certains passagers leur carte d'embarquement sur leur mobile à l'approche des portes.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet