Recherche
Se connecter

[Tribune] Voiture électrique : 5 idées reçues à bannir

Publié par le

Je m'abonne

#4 Recharger sa voiture électrique, trop compliqué ?

Il y a encore quelques années, il existait peu de bornes de recharge, et celles-ci étaient difficiles à localiser. Aujourd'hui, 40 000 prises (3) sont mises à disposition des véhicules électriques sur le territoire national (2 prises en moyenne par borne). Un chiffre qui devrait encore gonfler puisqu'EDF prévoit d'installer des bornes de recharge rapide sur les grands axes autoroutiers, et Vincent Bolloré a annoncé, d'ici 2019, la mise en place de 16 000 bornes dans 94 départements dans le cadre de sa solution "Blue Station".

Finalement, le problème de la recharge tient plus au mode d'emploi qu'à l'accessibilité. Concrètement, comment recharger sa voiture électrique ? Quel type de prise utiliser, laquelle sur le véhicule, laquelle sur la borne ? Autant de questions concrètes dont l'apparente complexité peut présenter un frein à l'achat d'un véhicule électrique.

Pour simplifier le dispositif, une homogénéisation des types de prises est en cours à l'échelle européenne.

Là où trois types existaient auparavant, la norme européenne se focalise aujourd'hui uniquement sur des bornes de type 2. Désormais, recharger sa voiture n'est donc pas plus difficile que recharger son smartphone.

#5 Recharger sa voiture électrique, trop long ?

Les premières voitures électriques exigeaient une recharge de toute une nuit pour pouvoir repartir. Désormais, il est possible de choisir entre une recharge lente, rapide ou accélérée. Un véhicule électrique peut ainsi se recharger jusqu'à 80% en seulement 30 minutes. La grande majorité des voitures électriques du marché offrent la possibilité d'être rechargées directement sur une prise domestique 230 V. Pour éviter tout risque de surchauffe, il est cependant préférable d'opter pour des prises renforcées (à partir de 70 €), des bornes ou des "wallbox", boîtiers domestiques sécurisés qui se fixent au mur et permettent une recharge trois fois plus rapide qu'une prise domestique.

Hier encore concept futuriste non adapté aux besoins en mobilité des consommateurs, la voiture électrique est aujourd'hui devenue une réelle alternative aux véhicules thermiques, permettant de répondre aux attentes des utilisateurs tout en s'inscrivant dans une évolution de la société vers toujours plus de développement durable.

Si les freins psychologiques qui ont accompagné ses débuts subsistent encore chez certains, les constructeurs et les pouvoirs publics font tout pour les aider à s'en affranchir. C'est désormais une réalité : la voiture électrique est une solution pour "rouler propre" autant que pour "rouler bien". Elle offre une conduite agréable, fluide, puissante, avec boîte automatique, sans bruit, gaz d'échappement ou émission de particules, et représente en plus un formidable vecteur d'engagement environnemental pour les entreprises. L'avenir de l'automobile sera électrique.

(3) chargemap.fr

Par Cédric Marquant, directeur marketing et business development d'Alphabet

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Cédric Marquant, Alphabet

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet