Recherche
Se connecter

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne

En fait, je pourrais dire que cela est simple. Nous remplissons les conditions de l'expérience optimale du concept du Flow "Csikszentmihalyii (1975)". Le Flow se manifeste quand il y a perception d'un équilibre entre ses compétences personnelles et la mission : habilité et défi (notre mental et la perception d'avoir la capacité à faire face) avec une concentration sur la tâche.

Il s'agit plus simplement de l'expérience optimale. Ce grand moment est vécu quand le corps et/ou l'esprit sont utilisés jusqu'à leurs limites, dans un effort volontaire en vue de réaliser quelque chose de difficile et d'important. Cette expérience optimale est donc provocable. Et nous la provoquons... Pour chacun, il y a des milliers de possibilités ou de défis susceptibles de favoriser l'expérience optimale.

Pour vivre pleinement cette expérience, pour être un peu "surpuissant", un élément important est d'avoir une cible, un objectif clair avec des rétroactions. C'est-à-dire un feedback clair et précis et un contrôle de l'action.

Une chaîne de travail opérationnelle

Dans notre organisation opérationnelle, nous avons une chaîne de commandement anticipée et agile où le rôle de chacun est connu à l'avance (la fonction donne une responsabilité connue et préparée) ; cette chaine forme un collectif de décisions et d'actions où chaque maillon est important : chaque maillon compte, chaque maillon agit en combinant ses connaissances, son expérience de " gestes réflexes " souvent répétés. Il donne un ou des objectifs clairs et précis afin d'être totalement submergé par ces derniers.

L'ensemble de ces éléments engendre que, quand nous sommes en opération, nous avons également une absence de préoccupation à propos " du soi " avec paradoxalement, le sens de soi qui se renforce.

Pour finir, je dirais que nous avons un socle important sans lequel nous serions certainement moins performants ! Nous sommes un binôme, une équipe, un groupe, une unité ! En opération comme à l'entraînement, nous avons pleine conscience de pouvoir compter sur notre équipe en cas de " coup dur ", ce qui aide à prendre le contrôle de son mental et à avoir la perception de toujours pouvoir faire face et réussir.

En binôme "si je tombe, tu me portes". L'équipe nous rend agile en étant capable de prendre le relais sur une difficulté d'un autre, sans égo. Juste pour la mission car nous avons chacun notre expérience, nos savoirs et/ou des moments où la mission nous semble déséquilibrée entre son défi et nos capacités. Pouvoir être agile, ainsi que compter sur l'autre, est un socle de la performance individuelle et collective.


En savoir plus :

Hervé Aulner est Directeur commercial Groupe La Poste / Intervenant IAE School of Management / Formateur ENSOSP et Auteur du Manuel du Chef. Il est arrivé 2ème aux Trophées ActionCo en 2014. Il est aussi officier sapeurs pompiers et dirige une caserne depuis plus de 10 ans, tout en étant formateur à l'ENSOSP.

Je m'abonne

Hervé Aulner, directeur commercial Groupe La Poste

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Groupe Up

Accroitre lengagement des collaborateurs est un veritable levier pour ameliorer la performance de lentreprise mais aussi la satisfaction de [...]

Sur le même sujet