Recherche
Se connecter

Délais de paiement : les cultures et les process doivent encore évoluer!

Publié par Camille George le
Délais de paiement : les cultures et les process doivent encore évoluer!

Je m'abonne

Les solutions prônées

Pour agir sur les comportements et faire évoluer les cultures en matière de paiement, le gouvernement avait instauré le Name & Shame qui vise à dénoncer et sanctionner les plus mauvais payeurs. Si ce dispositif a eu une action bénéfique il semble aujourd'hui avoir atteint ses limites. C'est pourquoi plusieurs participants aux Assises (dont Jean-Noël Barrot, député Modem des Yvelines et vice président de la commission des Finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire de l'Assemblée Nationale, et François Perret, directeur général de Pacte PME) ont suggéré la mise en place d'un dispositif complémentaire qui actionnerait des leviers positifs cette fois. Une sorte de Name & Fame qui mettrait en avant les payeurs les plus vertueux. "Et en allant plus loin pourquoi pas imaginer un système d'incitation fiscale pour ces bons payeurs", ajoute François Perret.

D'une manière générale tous s'accordent à dire que les contrôles et les sanctions doivent toutefois être maintenus pour que les efforts ne se relâchent pas. Beaucoup misent également sur la dématérialisation du flux facture afin d'éliminer les retards administratifs récurrents. Mais la digitalisation ne règlera pas tout. "Elle apportera une certaine régulation sur la gestion des factures et des recouvrements mais n'empêchera pas les rejets. Le dialogue et la définition de règles de fonctionnement doivent être instaurées dès le départ", estime Frédéric Grivot de la CPME.

Enfin, pour optimiser les process de règlement la question du financement du crédit est un point crucial. Sur ce point on constate une progression de l'affacturage depuis quelques années. "Cette technique répond en effet au besoin de financer les factures dès leur date d'émission et permet de donner de la visibilité", se réjouit Bozana Douriez, directrice générale et administratrice de BNP Paribas Factor acteur majeur dans ce domaine. L'an dernier, 268 milliards de factures ont été financées via l'affacturage soit 40% du crédit inter-entreprise. Mais d'autres solutions apparaissent. Ainsi American Express travaille depuis 3 ans pour proposer au marché français une solution complémentaire et propose désormais du reverse factoring ou affacturage inversé qui permet un paiement sous 24h. "On sent une recherche de solutions vertueuses sur ces problématiques, estime Laurent Playez, directeur B2B France d'American Express cartes et solutions corporate. Nous devons donc travailler à proposer tout un écosystème de solutions de financement qui contribueront à optimiser les process de règlement."

Les initiatives sont nombreuses, ne reste donc plus qu'à réussir à instaurer un réflexe "respect des délais de paiement" en responsabilisant les entreprises comme on a réussi à la faire avec la sécurité routière par exemple. "Les chefs d'entreprises ont mis du temps à comprendre que les développement durable était un levier positif de croissance, il faudrait le même mécanisme, la même prise de conscience sur les délais de paiement", conclut Dominique Leblanc, président de Information & Finance Agency.

Lire la suite page 4 - Les meilleurs élèves récompensés


Je m'abonne
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Groupe Up

Accroitre lengagement des collaborateurs est un veritable levier pour ameliorer la performance de lentreprise mais aussi la satisfaction de [...]

Sur le même sujet