Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Action Commerciale
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

4 dispositifs RH pour votre reconversion professionnelle

Publié par le - mis à jour à
4 dispositifs RH pour votre reconversion professionnelle

La reconversion professionnelle intéresse de plus en plus de salariés en France. Le bilan de compétences, le CPF, le CPF de transition pro, le CEP... Découvrez les principaux dispositifs qui pourraient aider votre carrière professionnelle.

Je m'abonne
  • Imprimer

Des ressources RH méconnues en France

En France, il existe de nombreuses ressources qui offrent la possibilité aux salariés français de se reconvertir. Les conditions d'éligibilité sont souvent simples à atteindre et toute personne désireuse d'engager une reconversion professionnelle peut en réalité se le permettre. Malheureusement, celles-ci sont trop méconnues.

Nous retenons 4 dispositifs phares : le bilan de compétences, le CPF, le CPF de transition professionnelle, et le CEP.

Le bilan de compétences construire un nouveau projet professionnel

Le bilan de compétences est un dispositif RH très efficace pour tout salarié souhaitant réussir sa reconversion professionnelle. D'une durée de 24h, réparties généralement sur 2 à 3 mois, le bilan de compétences permet de faire un point sur sa situation professionnelle et comprend :

· L'analyse de ses expériences passées pour tirer au clair les volontés professionnelles futures ;

· La réflexion sur la transférabilité des compétences dans un autre domaine d'activité ;

· La mise en place d'un plan d'actions à court, moyen et plus long terme pour atteindre l'objectif professionnel.

Le CPF : un droit à la formation pour tous les travailleurs

Tout travailleur salarié en France dispose d'un CPF, soit des droits à la formation qu'il est libre d'utiliser de façon autonome, sans accord préalable de son employeur.

Le CPF (Compte Personnel de Formation) permet de financer tout ou partie d'une action de formation reconnue par l'État en vue de se reconvertir. La formation peut avoir lieu sur le temps de travail (avec accord de l'entreprise), ou en dehors. Le site Mon Compte Formation recense l'intégralité des formations éligibles à ce dispositif.

Chaque année, un actif bénéficie de 500 € ou de 800 € de plus sur son compte CPF, selon sa catégorie professionnelle. Le crédit CPF se cumule et permet souvent d'avoir une belle somme à sa disposition pour se former. Une opportunité à ne absolument pas négliger donc !

Le CPF de transition : l'ancien congé de formation

Un salarié en France peut tout à fait bénéficier d'un congé de formation en vue de construire un projet de reconversion professionnelle. Anciennement appelé le CIF (Congé Individuel de Formation), le dispositif se nomme désormais le CPF de transition, ou PTP pour Projet de transition professionnelle.

Pour en bénéficier, le salarié doit réaliser une demande de retrait de dossier auprès du Transition Pro de sa Région, organisme en charge de valider le projet de formation. L'employeur pourra quant à lui se permettre de reporter la demande de congés en motivant le refus. Il peut refuser jusqu'à 3 fois avant que la Commission Paritaire (Transition Pro) se saisisse du dossier pour acceptation.

L'avantage du CPF de transition pro est le maintien de la rémunération du salarié ainsi que des ses avantages sociaux (congés, etc.). Au terme de sa formation, le salarié est libre de reprendre son poste ou de quitter son entreprise pour officialiser sa reconversion professionnelle.

Le CEP : un accompagnement gratuit pour faire le point

Le CEP, ou Conseil en Évolution Professionnelle, est un dispositif RH gratuit accessible à tous les salariés.

Dans un contexte où le salarié souhaiterait faire un point sur sa situation professionnelle, il est libre de prendre un rendez-vous un conseiller en évolution professionnelle pour en discuter. Le rôle du conseiller est de porter à connaissance du salarié toutes les aides dont il peut bénéficier pour entamer sa reconversion professionnelle.

Il informe notamment le salarié des dispositifs internes à son entreprise qui peuvent lui permettre d'évoluer : le plan de développement des compétences, l'entretien professionnel obligatoire, etc. Au-delà, les pistes externes sont explorées : le dispositif démissionnaire, le CPF de transition....

Parfois, le passage devant un CEP est obligatoire (pour demander un CPF de transition, notamment). Tout salarié devrait profiter de ce dispositif facultatif qui peut pourtant apporter de nombreuses solutions au cours d'une carrière.

Avant de se lancer dans une reconversion, par où commencer ?

La reconversion professionnelle peut occasionner un coût pour le salarié, autant bénéficier de conseils avisés gratuits dans un premier temps.

Si vous êtes concerné par un projet de reconversion, nous vous invitons d'abord de faire appel à un conseiller en évolution professionnelle. Vous tirerez de cet échange des enseignements pour vos futures actions, qu'il s'agisse de démarches extérieures ou interne à votre entreprise.

En parallèle, consultez votre compte CPF pour savoir de combien d'euros vous disposez pour une éventuelle formation. L'argument du cofinancement en mobilisant vos propres fonds de formation pourrait avoir des répercussions positives en cas de demande faite à un organisme de financement.

Vous pouvez également réaliser des enquêtes métiers au sein d'entreprises dont le secteur d'activité vous intéresse. Discutez avec des professionnels de leur quotidien pour mieux cibler votre propre projet. C'est gratuit et très instructif.

Enfin, réalisez un bilan de compétences, pour vous assurer de lancer votre reconversion professionnelle sous les meilleurs auspices.

Pour en savoir plus

Kévin Maudet, responsable éditorial du cabinet RH ABACUS


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande