Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre VI : Gérer les biais décisionnels

Fiche 03 : L'intégration des valeurs de satisfaction

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

Le processus cognitif des valeurs de satisfaction


Résumé

La complexité des informations à manipuler favorise des raccourcis de traitement : c'est ce que l'on appelle des heuristiques de jugement. Ces ancrages facilitent la prise de décision en réduisant la vision objective. En fonction de ses expériences, chaque individu affecte une valeur de satisfaction ou d'insatisfaction à l'élément étudié. Les heuristiques de jugement peuvent également réguler les réflexions en fonction d'événements passés tels que bonne ou mauvaise collaboration, tromperie, etc.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

Intégrer les valeurs de satisfaction dans la prise de décision, c'est avant tout ne pas se laisser diriger par ses expériences passées mais savoir les utiliser et les analyser comme des informations supplémentaires. Se souvenir d'une " mauvaise expérience " passée est utile pour se prémunir de certains dangers mais ne doit pas empêcher de retenter cette expérience. Cela permet donc de tenir compte des expériences passées tout en restant à l'écoute du présent et adaptable en fonction des évolutions.

Contexte

Les raccourcis cognitifs sont utilisés par les individus afin de simplifier leurs opérations mentales dans le but de répondre aux exigences de la situation. Les heuristiques de jugement peuvent apparaître quotidiennement et par habitude dans la prise de décision, le jugement, l'estimation de probabilité et la prédiction de valeurs. Cependant, elles mènent parfois à des biais et des erreurs dans la prise de décision.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Reconnaître l'heuristique de jugement et la replacer dans son contexte. Cela revient à prendre conscience des informations automatiques issues d'expériences, à les analyser dans l'environnement actuel dans le but de valider les éléments constitutifs du raccourci cognitif.
  • Prendre en compte les éléments informatifs en gardant à l'esprit leur non-permanence dans un contexte évolutif.
  • Ne pas se laisser guider par ses " peurs " ou ses " attirances " pour identifier le meilleur choix en toute connaissance de cause.
  • Ne pas s'interdire d'analyser une solution même si l'expérience passée n'a pas été positive. De la même manière, le décideur ne peut s'enthousiasmer pour une solution qui a été positive dans le passé. Chaque information doit être analysée dans son contexte et intégrée au contexte décisionnel actuel.
  • Plus on a d'expérience dans un domaine plus on a un stock de valeurs de satisfaction. Afin de contrer ce biais, le décideur peut faire appel à des novices et des candides sans expérience passée sur le sujet.

Méthodologie et conseils

  • Dans la prise de décision, les raccourcis cognitifs permettent d'effectuer plus simplement des jugements, de faire face à l'incertitude, de préserver les efforts des acteurs et de leur faire gagner du temps.
  • Garder à l'esprit qu'un jugement s'appuie souvent sur une échelle de valeur personnelle à celui qui le porte et donc ne représente que son point de vue.
  • L'humeur joue un rôle dans l'usage des heuristiques. En effet, la joie, plus que la tristesse ou la déprime, favorise leur utilisation. Le peu d'importance accordée à une tâche et à ses enjeux, une grande expérience dans un domaine particulier ainsi que le développement de raccourcis mentaux, influencent de la même manière leur usage.
Avantages
  • Gérer les heuristiques de jugement permet de ne pas se laisser guider par des automatismes décisionnels.
Précautions à prendre
  • Dans la prise de décision, les heuristiques permettent d'effectuer plus simplement des jugements, et de porter des jugements abstraits.

Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould