Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre VI : Gérer les biais décisionnels

Fiche 06 : La régulation des dissonances cognitives

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

Les facteurs de la dissonance cognitive

Résumé

Les croyances qui sont partagées par une communauté deviennent des vérités qui ne peuvent être remises en question et ne peuvent donc plus être discutées. Lorsque des faits vont à l'encontre de ces croyances, il est contreproductif et même parfois risqué de les combattre directement. Il est plus efficace d'engager un dialogue permettant un questionnement, puis une prise de conscience, que de provoquer sciemment une dissonance cognitive chez un interlocuteur.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

Agir en contradiction avec ses propres convictions génère un état psychologique inconfortable : il s'agit de ce que l'on appelle la dissonance cognitive. Cette dissonance cognitive influence de nombreuses décisions : c'est le biais d'autojustification. Réduire cette discordance permet de maintenir la performance du processus décisionnel en limitant les pertes d'attention des acteurs qui, dans ce contexte, recherchent plus la consonance cognitive. L'objectif est de monopoliser toutes les capacités cérébrales disponibles pour la décision et d'éviter les déperditions.

Contexte

Cet état, dit de " dissonance cognitive " conduit la personne à développer des stratégies inconscientes ayant pour but de réduire la dissonance et de se rapprocher de l'état inverse dit de " consonance positive ". Cette théorie a été établie en 1957 par le psychosociologue américain Léon Festinger dans Une théorie de la dissonance cognitive, pour expliquer comment l'être humain gère les tensions provoquées par des éléments incompatibles.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Modifier la cognition en changeant d'opinion devant les circonstances. Accompagner l'individu en dissonance cognitive pour faire évoluer ses croyances ou les remettre en question. Réétudier les pensées et les idées avec un nouvel éclairage en tenant compte des évolutions du contexte.
  • Éviter la dissonance en réinterprétant des informations dissonantes pour les rendre consonantes avec ses opinions antérieures. Souvent les dissonances apparaissent suite à un biais de formulation.
  • Décoder les informations à l'origine de la dissonance en se servant des valeurs et des fondements propres à l'individu.
  • Interpréter les informations en intégrant les valeurs de satisfaction individuelles.
  • Préférer des éléments d'information qui soient en consonance avec les valeurs des acteurs du processus décisionnel.

Méthodologie et conseils

La réduction de la dissonance cognitive consiste en une adaptation des croyances, des opinions ou des attitudes pour les mettre en phase avec les informations qui étaient initialement contradictoires, et cela par un processus de rationalisation ou de standardisation.

La réduction de la dissonance cognitive peut prendre d'autres formes que la rationalisation :

  • Ajouter des éléments consonants permettant de justifier le comportement dissonant.
  • Réinterpréter le réel pour faire en sorte que les croyances restent intactes.
  • Minimiser l'importance des éléments dissonants.
  • Faire comme si l'un des événements dissonants n'avait pas existé, l'oublier.
  • Modifier l'un des éléments dissonants par un changement de jugement ou d'attitude.
Avantages
  • Réguler les dissonances cognitives permet de réduire les freins et résistances aux changements.
Précautions à prendre
  • Il ne faut toutefois pas " travestir " une information pour la rendre en consonance.

Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould