Recherche
Se connecter
En ce moment En ce moment

DossierExpression orale. Prendre la parole en public sans stress

Publié par le

3 - Le souffle et les silences

  • Imprimer

Une fois que le manager commercial se retrouve devant l'assemblée, d'autres règles s'appliquent. " La parole, c'est la voix et la voix, c'est le souffle, reprend la consultante en communication. Il faut apprendre à "poser sa voix" : parler un peu plus fort que d'habitude et, surtout, plus lentement. "

En effet, combien d'intervenants, pressés d'en finir, parlent avec un débit élevé qui empêche les auditeurs de suivre le raisonnement ! Mais attention : poser sa voix ne doit pas être synonyme de ronronnement monotone, sinon la salle s'enfonce rapidement dans une douce léthargie.

Le rythme doit donc être tonique et, pour cela, il faut créer des ruptures dans le discours et relancer l'attention de la salle par des techniques. Il suffit, par exemple, de poser de temps à autre une question pour s'assurer que tout le monde comprend et suit.

Rien n'interdit des pointes d'humour. Au contraire : faire rire un auditoire est le meilleur moyen de gagner son attention.

Enfin, il faut apprendre à jouer avec le silence. C'est certainement l'exercice le plus ardu, car tout intervenant a tendance à vouloir "combler les blancs". Or, un silence de quelques secondes marque une rupture après une idée importante. De la même manière qu'à l'écrit, il serait insupportable de lire un texte sans point ni virgule, il est inconcevable de s'exprimer sans ménager de pauses : le silence est la ponctuation d'un discours.

Frédéric Thibaud, Action Commerciale N°226 - 26/12/2002

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet