Recherche
Se connecter

Philippe Fassier (Allianz Partners) : "La RSE est un enjeu structurant sur le long terme"

Publié par Julien van der Feer le - mis à jour à
Philippe Fassier (Allianz Partners) : 'La RSE est un enjeu structurant sur le long terme'

Assurances Allianz Partners, spécialiste de l'assistance, travaille essentiellement en BtoBtoC. L'entreprise, qui assure un Français sur quatre, souhaite fidéliser ses partenaires tout en gagnant de nouveaux clients en 2020. Philippe Fassier, directeur commercial, explique sa stratégie commerciale.

Je m'abonne
  • Imprimer

Pouvez-vous présenter Allianz Partners ?

Nous sommes responsables, au niveau mondial, de l'assistance automobile, assistance habitation et à la personne avec Allianz Assistance, ainsi que de l'assurance voyage avec Allianz Travel. Nous avons aussi une activité santé et prévoyance internationale avec Allianz Care. Et nous assurons également la relation avec les constructeurs automobiles, avec Allianz Automotive.

Pourquoi cette structuration ?

La première raison est que nous travaillons, principalement en BtoBtoC, avec des partenaires corporate qui représentent 95 % de notre activité. De plus, l'assistance est la colonne vertébrale de toutes nos lignes de produits. D'où le regroupement de ces quatre marques sous Allianz Partners.

Comment vous positionnez-vous par rapport à la concurrence ?

Nous sommes souvent leaders dans ces activités au niveau mondial et c'est aussi le cas en France. En tout cas quand nous nous comparons aux autres assisteurs généralistes comme Axa Assistance et Europe Assistance. Nous avons réussi à combiner, et c'est ce qui fait notre richesse, plusieurs types de métiers, dont l'assistance automobile qui est notre plus grosse activité. Ensuite, selon les ligne de produits, il existe des concurrents. Mais ils sont souvent mono produits/services. J'estime que se comparer est peu pertinent.

Être généraliste, c'est aussi avoir de nombreux métiers ?

C'est vrai. Nous allons du médecin urgentiste à de la téléassistance avec des infirmiers, jusqu'à des chargés d'assistances qui se déplacent à domicile pour des bris de glace ou des vols. Mais nous avons aussi des mécaniciens qui vont dépanner des véhicules, voire qui dépannent au téléphone. Notre organisation opérationnelle est aujourd'hui très poussée grâce au virage digital que nous avons pris en 2010.

Comment se traduit le digital chez Allianz Partners ?

Il se trouve que, dans le cadre de mes anciennes fonctions, j'ai assisté à des pitchs de start-up pour voir quels produits et services pourraient venir enrichir nos offres. Nous avons un incubateur qui permet d'accélérer certaines start-up. Ainsi, elles bénéficient de nos structures et nous pouvons aussi leur ouvrir des portes auprès de nos partenaires.

Quels sont les chiffres-clés de l'entreprise ?

Nous assistons un Français sur quatre. Allianz Partners France a réalisé un CA de 741,2 millions d'euros en 2018. Et nous avons 2000 collaborateurs dont 70 personnes, environ, en charge du commerce et de la distribution.

Quels sont vos enjeux en 2020 ?

L'un de nos principaux enjeux consiste à maintenir nos parts de marché. Nous avons des partenariats de long terme, qui se chiffrent en dizaine d'années avec certains partenaires, et nous voulons conserver cette dynamique autour de la loyauté des partenariats en proposant de nouveaux services et solutions répondant à leurs enjeux. Nous ne voulons pas faire des coups, mais nous voulons collaborer avec des clients qui ont une compréhension partagée des enjeux.

Pas de conquête donc ?

Si, bien sûr. Nous avons besoin de trouver de nouveaux secteurs d'activité sur lesquels nous allons penser l'assistance de demain. Cela passe par de l'innovation interne et externe pour imaginer l'assistance 3.0. Quand je parle d'innovation, je pense à la technologie mais pas seulement. Nous sommes transparents avec nos partenaires et nous regardons ensemble comment les services sont rendus et comment ils peuvent être améliorés.

Quid de la RSE ?

Elle est au coeur de nos préoccupations. La démarche RSE a été structurée en 2018. Avec un véritable virage en 2019 : augmentation de notre note Ecovadis (+ 12 points), création d'une charte des achats responsables, création d'un réseau d'ambassadeurs RSE en interne, etc. Le scoring RSE de tous les produits, ainsi que la mise sur le marché de nouveaux produits responsables, est une action en cours.

C'est-à-dire ?

Nous avons lancé en 2019, avec la start-up Viibe, le service Visiotech. Notre capacité à dépanner quelqu'un sur le bord de la route, grâce à un téléphone mobile, réduit notre impact carbone car nous n'envoyons pas de dépanneuse.

Lire la suite : Les qualités demandées pour être commercial

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Julien van der Feer

Julien van der Feer

Rédacteur en chef

Rédacteur en chef d’Artisans Mag’ et de Commerce Magazine, l’univers de l’artisanat et du commerce est mon quotidien depuis 3 ans. Je suis passionné par [...]...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet