Recherche
Se connecter

Quand être en retard au bureau n'est plus un drame !

Publié par le - mis à jour à
Les managers ont accepté une nouvelle répartition des heures de travail.
Les managers ont accepté une nouvelle répartition des heures de travail.

Si les commerciaux étaient déjà des collaborateurs ayant des horaires flexibles et souples, la dernière étude de Mozy sur les horaires de travail démontre désormais que le travail n'est plus lié à un temps horaire passé au bureau.

Je m'abonne
  • Imprimer

La majorité des dirigeants seraient plutôt tolérants sur les retards au bureau. Selon une étude récente menée par Mozy, spécialisé dans la sauvegarde en ligne, les technologies mobiles, telles que les smartphones et les services cloud, amènent les managers à être de moins en moins regardants sur les horaires de travail.

Cette étude, menée auprès de 1 000 personnes (employés et employeurs français, anglais, allemands, américains et irlandais), montre que 73 % des patrons sont plutôt tolérants face aux retards de leurs employés. En moyenne, les patrons français ferment les yeux sur un retard n'excédant pas 32 minutes et pourraient laisser leurs employés passer un peu plus d'une journée à travailler depuis la maison sans que cela ne leur pose problème. Les patrons anglais et allemands ne toléreraient pour leur part qu'un retard de 20 minutes. 

Mais attention, si ces retards sont acceptés, c'est que les managers ont accepté une nouvelle répartition des heures de travail ! Ainsi, un employé sur cinq commence sa journée en vérifiant les e-mails reçus dans la nuit, alors qu'il est encore au lit et ce, dès 7 h 00 du matin. Comparé à un quart des travailleurs anglais, qui regardent leurs e-mails dès 6 h 30 du matin, seuls 13 % des travailleurs français regardent effectivement ses e-mails à cette heure-ci, commençant généralement leur journée après 8 h 30.

L'étude démontre finalement que l'on commence à considérer le travail davantage comme quelque chose que l'on fait et non uniquement lié à une présence au bureau…

Les résultats de l'étude sont disponibles ici : http://mozy.fr/9-5

Je m'abonne
Laurent Bailliard

Laurent Bailliard

Rédacteur en chef

Pas tout à fait old school, pas non plus de la génération Y, je suis comme beaucoup de journalistes de ma tranche d’âge à devoir faire mon métier avec [...]...

Voir la fiche
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet