Recherche
Se connecter

Banques et télécoms : une qualité des données déficiente

Publié par William Ramarques le

SAS publie les résultats d’une étude sur la qualité des données dans les entreprises des secteurs de la finance et des télécommunications.

Je m'abonne
  • Imprimer
Banques et opérateurs téléphoniques gèrent leurs données de façon aléatoire. Telle est la conclusion d’une enquête réalisée par KRC Research pour le compte de SAS. Une étude menée du 5 mars au 2 avril 2003 auprès de 503 directeurs marketing en Allemagne, en Italie, au Royaume Uni, aux Pays-Bas et, bien sûr, en France. Pas de mention spéciale pour l’Hegaxone dont les résultats corroborent ceux de ses voisins européens. En clair, seules 27% des entreprises françaises interrogées disent avoir confiance dans la qualité de leurs données. Trois raisons principales à cette qualité médiocre sont invoquées : l’achat de fichiers externes, la mauvaise intégration de données provenant de systèmes internes hétérogènes et de données tierces. Une réalité qui n’est pas sans effet sur la bonne marche des entreprises. Ainsi, 87% des dirigeants français interrogés estiment que la qualité des données a un impact direct sur la rentabilité des campagnes marketing. Devant ce constat, 81% des entreprises s’accordent à penser que les investissements destinés à l’amélioration des informations en interne vont augmenter à court terme, et 66% envisagent de faire évoluer leurs solutions de gestion des données. Je m'abonne
Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet