Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Action Commerciale
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

[Exclu] Seuls 37% des étudiants en école de commerce trouvent la fonction commerciale attractive

Publié par Aude David le | Mis à jour le
[Exclu] Seuls 37% des étudiants en école de commerce trouvent la fonction commerciale attractive
© SFIO CRACHO - stock.adobe.com

La fonction commerciale continue de peu attirer les étudiants à l'université et en école de commerce, ce dont les managers n'ont pas conscience. Les jeunes pensent pourtant que c'est un métier d'avenir, selon une étude d'OpinionWay pour Hubspot. Par ailleurs, ils estiment que la crise complique leur entrée dans la vie professionnelle.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les étudiants en université et en école de commerce n'ont pas vraiment envie de devenir commerciaux, mais les managers ne s'en rendent pas compte. C'est ce qu'il ressort de l'étude d'OpinionWay pour Hubspot, présentée en exclusivité sur ActionCo. En effet, les étudiants interrogés ne sont que 37% à trouver la fonction commerciale attractive et 3% à la trouver très attractive.

Inversement, 23% trouvent le métier pas du tout attirant. Selon Hubspot, " ce chiffre limité peut s'expliquer par la dénomination elle-même de " commercial " qui peut paraître aujourd'hui obsolète et réductrice : nombre de métiers variés et attractifs intègrent des fonctions commerciales sans pour autant insister exclusivement sur cette dimension ". Deux tiers des managers commerciaux interrogés pensent pourtant que cette fonction attire les jeunes, 20% pensent même qu'elle les attire beaucoup. Peut-être parce que 74% d'entre eux aiment leur métier.

Des visions différentes

Au-delà de l'attirance potentielle, les étudiants n'ont pas la même vision du métier que les managers. Ils sont beaucoup plus nombreux à considérer que c'est avant tout un métier stratégique, fait de négociation et de saisie d'opportunités (50% contre 32%). Et ils sont moins nombreux à penser que c'est un métier humain (21% contre 30%) et connecté (9% contre 18%), même s'ils se rejoignent sur le dynamisme (20%). Ils sont aussi nombreux que les managers (86%) à penser que c'est un métier d'avenir.

Par ailleurs, leurs attentes vis-à-vis de leur futur métier sont globalement les mêmes que celles des générations précédentes. " Les jeunes talents sont très attentifs à l'ambiance au travail et souhaitent se voir offrir une rémunération attractive et des perspectives de carrière satisfaisantes ", indique Julia Cames, directrice marketing de HubSpot.


Une intégration difficile en entreprise

Par ailleurs, 71% des étudiants ont des sentiments négatifs quand ils évoquent leur future entrée sur le marché du travail. Moins de la moitié (47%) cite un sentiment positif à ce sujet, quand la situation des managers à leur époque était inversée. En outre, 23% doutent de leur capacité à trouver un travail à la fin de leurs études, alors que 12% des managers pensent que leur entreprise est réticente à embaucher des jeunes.


Les étudiants sont en revanche positifs sur leur formation : 73% affirment qu'elle les prépare bien à leur entrée sur le marché du travail. Les managers, eux, sont presque la moitié (49%) à penser l'inverse. 17% considèrent même qu'elles préparent très mal. Pourtant, interrogés sur des critères précis (autonomie, réactivité, utilisation des logiciels...), ils trouvent la formation efficace.


Concernant l'impact de la pandémie, 70% des managers s'estiment globalement bien accompagnés par leur entreprise depuis le début de la crise. Et près de deux tiers font le même constat pour leurs jeunes collaborateurs. Ils sont par ailleurs 75% à dire que l'intégration des jeunes salariés est au coeur de leur préoccupation, même si 31% admettent essayer de faire au mieux sans avoir les moyens suffisants.

En revanche, les étudiants estiment qu'il est difficile d'intégrer une entreprise aujourd'hui. Ils sont 43% à penser que les entreprises ne comprennent pas vraiment ces difficultés. Un constat plus sévère que vis-à-vis de leurs parents, leurs encadrants et leurs écoles.

Ils trouvent d'ailleurs que le parcours d'intégration dans les entreprises est insatisfaisant et sont moins nombreux à penser que les entreprises ont bien accompagné les salariés, notamment les jeunes, durant la crise (respectivement 51% et 41%). Ils estiment aussi qu'intégrer une entreprise en période de crise sera un désavantage. Pour Julia Cames, " le point le plus épineux concerne l'appréhension des jeunes talents face à la crise et leur difficulté à s'insérer en entreprise. Les managers doivent davantage travailler à les comprendre et les accompagner pour révéler tout leur potentiel, car ils représentent l'avenir de nos métiers. "


En outre, 89% des managers ont subi un impact dans leur travail au quotidien, 81% des étudiants ont été affectés dans leurs études ou leur choix de carrière. 36% ont notamment été affectés dans leur stage, que ce soit des difficultés à en trouver un, l'impossibilité de faire un stage ou des difficultés à être intégré dans l'entreprise.


Un regard contrasté sur le numérique

Fait étonnant : plus de managers que d'étudiants pensent que la technologie leur permet de gérer leur temps de manière plus souple. Cette proportion est exactement inverse quand il s'agit d'affirmer que la technologie pousse les salariés à être disponible en permanence. Presque autant de managers et d'étudiants affirment que la technologie permet de gagner du temps et, qu'au contraire, elle accélère les rythmes de travail. 61% des étudiants pensent aussi que le numérique favorise l'isolement.


Cependant, les deux catégories perçoivent les avantages du numérique. Ainsi, pour les étudiants, la technologie permet de former plus facilement les jeunes recrues. Le télétravail est plutôt approuvé par les jeunes, qui le considèrent comme un élément indispensable de leur vie professionnelle, même s'ils ont peur que ce soit un frein à leur apprentissage.

Julia Cames indique d'ailleurs que les jeunes arrivants sur le marché du travail maîtrisent très bien les outils digitaux. "C'est un point très important car les métiers commerciaux évoluent à toute vitesse en corrélation avec les nouvelles technologies ", conclut-elle.


Méthodologie

Étude réalisée pour le compte d'HubSpot par OpinionWay du 26 août au 8 septembre 2021 auprès d'un échantillon de 160 étudiants à l'université ou en écoles de commerce et de 254 cadres, constitués selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 2,3 à 7,7 points.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande