Recherche
Se connecter

DossierLa stratégie des acheteurs dévoilée

Publié par le

2 - Les acheteurs traquent l'information fournisseurs

Pour sécuriser leurs fournisseurs, les acheteurs doivent s'informer et communiquer. Ils utilisent des outils de surveillance et échangent des informations avec leurs homologues.

Crise oblige, la sécurisation des fournisseurs est un objectif qui a pris de l'importance pour les acheteurs entre 2011 et 2012, selon les conclusions du cabinet de conseil Agile Buyer et du groupement Achats de HEC, dans une étude conjointe sur la fonction achats. "L'accident de la centrale nucléaire de Fukushima, les révolutions arabes ont mis en exergue l'importance de la gestion des risques fournisseurs ", expliquent les deux acteurs. Ainsi, pour évaluer les risques de défaillance, de faillite, ceux liés à la qualité du produit ou encore les risques juridiques de leurs fournisseurs, les acheteurs ont tendance à multiplier les sources d'information : bilans financiers, conseil juridique...

Brigitte de Faultrier (ESSCA)

Par ailleurs, les entreprises n'hésitent pas à mettre en place des outils de surveillance et de contrôle : analyses financières, tableaux de bords, grilles d'évaluation multicritères, contrôles qualité, etc. " Elles s'appuient plus que jamais sur des acheteurs en interne, sur des clubs achats et sur les retours de leurs collègues des achats exerçant au sein d'autres entreprises, ajoute Brigitte de Faultrier (ESSCA). Entre professionnels, ils misent beaucoup sur l'échange d'informations, c'est l'un de leurs principaux atouts... "

Par ailleurs, Bruno Cracco, associé au sein de CGI Business Consulting, cabinet de conseil en innovation et transformation, rappelle que l'acheteur n'est pas le client. " Il est introduit dans le processus de décision pour prendre, à froid, la meilleure décision pour l'entreprise. C'est pourquoi il se doit de rationaliser l'ensemble des offres fournisseurs pour bien choisir. " Ainsi, lorsqu'ils rencontrent leurs fournisseurs, les directeurs achats en savent déjà beaucoup...

Les bonnes pratiques des acheteurs

Charte des "10 engagements pour des achats responsables"

1 Assurer une équité financière vis-à-vis des fournisseurs (respect de la loi LME).
2 Favoriser la collaboration entre donneurs d'ordres et fournisseurs stratégiques (création d'une relation partenariale).
3 Réduire les risques de dépendance entre acheteurs et fournisseurs (acceptation des actions des PME fournisseurs en matière de diversification, internationalisation, amélioration des savoir-faire, désengagement progressif, etc.).
4 Impliquer les donneurs d'ordres dans leur filière (instauration d'une relation de confiance, d'une gestion prévisionnelle des achats, etc.).
5 Apprécier le coût total de l'achat.
6 Intégrer la problématique environnementale.
7 Veiller à la responsabilité territoriale de son entreprise.
8 Veiller au professionnalisme des acheteurs.
9 Charger la fonction achats de piloter la relation globale avec les fournisseurs (en collaboration avec les prescripteurs et les utilisateurs).
10 Fixer une politique cohérente de rémunération des acheteurs.

Amélie Moynot

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Muse Motivation

Professionnalisation et accompagnement sont les deux maitres mots une relation fabricant revendeur efficace Voici les actions incontournables [...]

Sur le même sujet