Pour de nombreux salariés, le management n'est plus un but à atteindre

Publié par le - mis à jour à
Pour de nombreux salariés, le management n'est plus un but à atteindre
© alphaspirit - stock.adobe.com

Etre manager fait-il toujours rêver ? Il semblerait que non, selon une étude d'OpinionWay. Trois salariés sur cinq ne veulent pas être managers, et 38% pensent même que cette fonction est devenue inutile. Un constat légèrement contrasté chez les commerciaux.

  • Imprimer

Être manager ? Très peu pour moi. C'est ce que se disent aujourd'hui de nombreux salariés. Ils sont 62% à ne pas souhaiter accéder à cette fonction, selon une étude révélée par OpininWay lors du dernier Salon du Management. Pire, seuls 11% ont vraiment envie de devenir managers. Les cadres sont un peu moins catégoriques, puisque 44% d'entre eux seraient d'accord pour devenir managers.

Selon l'étude, plusieurs raisons expliquent cette désaffection. Pour beaucoup de personnes interrogées, les avantages ne compensent pas les inconvénients, et cette vision est partagée par les non managers et les managers. Les premiers voient en points positifs une meilleure rémunération (60%) et davantage de responsabilités (48%), mais ils sont surtout réticents face à la plus grande pression de la hiérarchie (65%) et la responsabilité que l'on a du travail des autres (45%). Les managers, eux, se félicitent des responsabilités (46%) et de la transmission de son expérience à ses équipes (42%), mais regrettent la responsabilité du travail des autres (42%) et la forte surcharge de travail (36%).

Le manque d'exemples inspirants est aussi un facteur : seulement 19% des non managers ont eu plus de bons managers que de mauvais, mais ce chiffre grimpe à 25% des salariés désireux de devenir manager, et 30% des managers en poste.

L'image des managers s'est surtout dégradée. 77% des équipes voient le manager avant tout comme un lobbyiste de l'entreprise qui défend ses intérêts, un constat partagé par 76% des managers. " Ils anticipent qu'en tant que manager, ils devront changer de posture et défendre 'la ligne du parti', explique Joseph Coviaux, directeur adjoint du département Corporate & management d'OpinionWay. Ils se voient pris entre le marteau et l'enclume. "

De plus, les non managers voient d'abord les managers comme des chefs (26%) ou des leaders (24%), c'est-à-dire des gens qui incarnent avant tout l'autorité. Un décalage avec les managers, qui, eux, voient surtout leur rôle sous l'aspect relationnel, certes leader (23%), mais surtout soutien des équipes (20%).

L'étude révèle également que les salariés doutent de l'utilité des managers. 38% des non managers pensent que la fonction est inutile dans le monde du travail actuel, un constat partagé par 41% des managers !

Chez les commerciaux, cette tendance est cependant à nuancer fortement, puisque plus de 50% d'entre eux souhaiteraient accéder à un poste de management.

Redonner l'envie d'être manager

Pour autant, ce n'est pas une fatalité. L'institut d'études a recueilli plusieurs pistes auprès des personnes interrogées, et notamment, comprendre que la fonction n'est pas faite pour tous, et les salariés l'ont compris, puisque seuls 28% pensent désormais que devenir manager devrait être le rêve de tout salarié. Mais ceux qui sont managers sont fiers de leur fonction (à 86%) et la recommanderaient à un proche (83%). Et si la fonction de manager attire peu, elle suscite un regain d'intérêt chez les jeunes (de moins de 30 ans), qui souhaiteraient à 53% devenir manager. L'envie existe donc... Simplement, pas chez tout le monde.

Mais pour revaloriser le management aux yeux de tous, il est nécessaire de renforcer les compétences humaines de la fonction. Pour les non managers, le manager doit avant tout être animateur (27% des sondés), c'est-à-dire donner de la cohésion à ses équipes et coach (20%), en accompagnant au quotidien ses équipes. Et s'ils doutent de l'utilité des managers en général, les non managers considèrent pourtant (à 83%) qu'un bon manager est indispensable pour faire fonctionner une équipe.

Enfin, la fonction doit être mieux reconnue et notamment plus circonscrite. 66% des non managers et 81% des managers pensent que le management n'est pas reconnu à sa juste valeur. " Les tensions que rencontrent les managers sont de plus en plus fortes, explique Anca Jomain, directrice du département Corporate et Management d'OpinionWay. Et quand ils ont des fonctions de développement des équipes, de coaching, il est souvent difficile de définir leur poste et de le valoriser, le chiffrer, alors qu'ils en ont vraiment besoin ".

La rédaction vous recommande

Par Groupe Up

Accroitre lengagement des collaborateurs est un veritable levier pour ameliorer la performance de lentreprise mais aussi la satisfaction de [...]

Sur le même sujet