Les pistes pour réinspirer votre management

Publié par le - mis à jour à
Les pistes pour réinspirer votre management

Le travail des managers est complexe et pas toujours suffisamment accompagné. Lors du dernier Salon du Management, plusieurs pistes ont été évoquées pour perfectionner ses relations avec ses équipes. Tour d'horizon des pratiques inspirantes.

  • Imprimer

Adopter une posture de changement

Les managers doivent être à-même d'accompagner un changement de plus en plus présent. Pour cela, ils doivent d'abord être capables de changer eux-mêmes. Or, malgré un rôle pivot, ils sont souvent les plus réticents au changement, car ils doivent porter une vision à l'élaboration de laquelle ils n'ont pas participé.

La transformation ne peut advenir que quand le manager prend conscience de la nécessité de changer. Cela implique notamment que l'entreprise leur donne du temps pour se former, pour aller observer comment se passent les choses ailleurs et, tout simplement, pour réfléchir. Pour promouvoir le changement, le manager doit aussi voir ce que cela lui apporte.

Cependant, les managers, tout comme leurs supérieurs hiérarchiques, doivent garder à l'esprit que pour être accepté, le changement doit avoir un but précis. C'est-à-dire de développer, et surtout de conserver des atouts encore plus importants que ce que l'on abandonne. Un changement opéré dans le seul but de changer, sans la volonté de préserver des acquis stratégiques, ne suscitera jamais l'adhésion.

Parler avec ses pairs

Beaucoup de managers considèrent que leur première équipe, ce sont ceux qui sont sous leurs ordres. Mais pour Maria Ternard, de Goood (accompagnement des entreprises au changement), au contraire, les managers devraient considérer que "leur équipe directe, ce sont les autres managers, leurs pairs, l'équipe animée par leur N+1".

Vu sous cet angle, les managers doivent alors d'abord s'aligner entre-eux quand ils sont confrontés à un changement, avant de tenter d'embarquer leurs équipes.

Remettre l'émotion au coeur de son management

Si le management a longtemps été vu comme une science basée uniquement sur la rationalité, beaucoup se rendent compte désormais que la prise de décision est intimement liée à l'émotion. " Les dirigeants doivent avoir la capacité à écouter les autres, juge Stéphanie Le Marec, fondatrice du cabinet de conseil Unyck. Mettre de côté ses émotions en entreprise ? C'est une erreur, il n'y a qu'elles de vraies ! "

Les salariés auraient donc besoin de ressentir des émotions au travail pour être véritablement engagés. Cela passe notamment par redonner à son travail un sens plus grand que l'accumulation de richesses par l'entreprise. " Quand une entreprise décide de dédier systématiquement une partie de ses ressources à une cause, tout va mieux dans ses équipes ", affirme Gonzague De Blignières, président fondateur de Raise France.

D'autres peuvent permettent à leurs collaborateurs de consacrer une partie de leur temps de travail à une association. " Il faut arrêter de séparer générosité et profit ", juge le fondateur de Raise France, citant Phénix, entreprise dont le but est de redistribuer les invendus alimentaires des grandes surfaces à des associations. Une entreprise où, assure-t-il, les salariés sont plus engagés qu'ailleurs.

S'inspirer des cathédrales pour l'intelligence collective

La construction de cathédrales, projet mené sur plusieurs générations, peut-elle inspirer les entreprises ? Oui, selon l'historien Yann Harlaut, car les deux partagent un enjeu commun : faire adhérer des personnes très différentes à un projet et intégrer en cours de route des collaborateurs étrangers au projet

Sur les chantiers des cathédrales, une personne était chargée d'expliquer aux recrues non seulement leur mission, mais également le projet global de façon détaillé. Et la façon dont leur travail contribuait précisément à l'accomplissement de cette oeuvre. Ils se sentaient ainsi partie prenante du projet, même s'ils n'en voyaient qu'une petite partie. Un tailleur de pierre savait ainsi que s'il faisait mal son travail, il pouvait mettre en danger ses collègues et l'ensemble de l'édifice.

La construction de cathédrales repose aussi sur l'idée d'apprentissage et de changement permanents. Quand un problème technique survient, les corporations concernées vont chercher la solution sur un autre chantier européen. De plus, chaque lieu possède des pierres et des techniques spécifiques. Or, pour les apprendre, les tailleurs de pierre changent souvent de chantier. Cela peut inspirer les entreprises : au lieu d'avoir peur du turn-over, elles pourraient l'accueillir comme une source sans cesse renouvelée de nouvelles compétences et de nouvelles idées.

Les compagnons peuvent aussi inspirer de par leur rapport à l'autre : s'ils estiment qu'on ne peut bien former qu'une ou deux personnes dans sa vie, ils ont en revanche une culture de la mise en commun du savoir : pour eux, avoir des connaissances que l'on garde pour soi, c'est du gaspillage. Une culture à développer en entreprise.

Penser à développer le management par la voix

Alors que les assistants vocaux se répandent chez les consommateurs, l'usage des technologies vocales gagnera aussi le management, prédisent certains. Anne-Marie de Couvreur Mondet, présidente de Mediameeting (création de contenus vocaux) explique comment elle a supprimé une partie des e-mails qu'elle envoie à ses équipes, pour les remplacer par des mémos vocaux, qu'elle juge plus rapide à produire et moins fastidieux à écouter.

Elle conseille ainsi de vocaliser tout ce qui peut l'être, mais également de créer des podcast, voire des webradios d'entreprise, avec des programmes dédiés à chaque profession. Ainsi, Arkopharma (laboratoire pharmaceutique) réalise des podcasts pour ses commerciaux, traitant de problématiques rencontrées par les équipes, et donnant de nombreux conseils de vente.

Faire attention à son langage

La façon dont les managers parlent influence la manière dont réagissent leurs équipes. Olivier Le Lan, coach agile au cabinet de conseil SOAT, invite donc à passer d'un langage orienté problème à un langage orienté solutions. Au lieu de répondre " oui, mais ", qui implique un désaccord, même quand ce n'est pas le cas, il suggère de recourir au " oui, et ", qui suggère plutôt un état d'esprit de co-construction.

Plutôt que demander " pourquoi ? ", à la suite d'une action, qui implique une demande de justification et risque d'entrainer une posture défensive, il recommande de demander " comment ? ", qui tend à faire plus parler son interlocuteur. Demander " quoi d'autre ", peut inciter son interlocuteur à se poser de nouvelles questions.

Plus impliquer ses équipes peut aussi s'obtenir en changeant de perspective : leur demander ce qu'ils feraient s'ils étaient managers, ou comment ils voient la situation dans un futur proche. " Découper " une situation complexe en plusieurs éléments peut aussi les aider à agir, en les incitant à se focaliser sur un élément précis de décision.

En complément

Pour de nombreux salariés, le management n'est plus un but à atteindre

La rédaction vous recommande

Par Groupe Up

Accroitre lengagement des collaborateurs est un veritable levier pour ameliorer la performance de lentreprise mais aussi la satisfaction de [...]

Sur le même sujet