Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de L'intelligence émotionnelle
Chapitre VI : Garder un équilibre émotionnel

Fiche 02 : L'état de flow

  • Retrouvez 7 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils de L'intelligence émotionnelle

8 chapitres / 57 fiches

Vivre des expériences optimales



En résumé

Les travaux menés dans le domaine sportif pour comprendre les performances de certains sportifs, ont mis en évidence un état de fluidité optimale : le flow de Csikzsentmihalyis. Cet état se caractérise par une grande disponibilité physique, de l'optimisme, une grande énergie, de la concentration et de la confiance en lien étroit avec les exigences de la situation.

Développer l'état de flow permet, en se plaçant dans un état de profond bien-être, de se concentrer aisément sur son activité, d'avoir une maîtrise complète de la situation et d'accomplir automatiquement les actions nécessaires.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

  • Renforcer la réalisation de soi, la performance et la créativité.
  • Mobiliser son énergie vers l'atteinte de ses objectifs.
  • Développer l'accomplissement de soi.
  • Réduire le stress.

Contexte

De nombreux travaux menés dans le domaine sportif ont démontré le rôle de l'optimisme et de la pensée positive sur les processus émotionnels et la performance. Cette méthode est donc utile pour développer des automatismes et gagner en confiance, en combinant concentration, énergie et sérénité.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Identifier son niveau de stress : créer sa propre échelle de stress, allant de : " pas concerné " au dernier échelon " hors de contrôle ".
  • Évaluer les émotions plaisantes et facilitantes (joie, plaisir, etc.) et les émotions déplaisantes et pénalisantes (peur, colère, etc.).
  • Canaliser les pensées négatives et bloquantes telles que " je ne vais pas y arriver ", " je n'ai pas le temps ", " je travaille avec des incompétents ", etc.
  • Se calmer par la relaxation ou au contraire augmenter son niveau d'énergie par la stimulation (physique et/ou mentale).
  • Méthodologie et conseils

    Atteindre le flow, c'est se donner un maximum de chance de réussir, en se plaçant dans un état de bien-être permettant : de se concentrer sur la tâche, d'avoir un parfait contrôle sur le déroulement des événements et d'intégrer des routines ne mobilisant pas les pensées. Il se caractérise par une grande disponibilité physique (sans fatigue), une faible anxiété, une grande énergie, de l'optimisme, un sentiment de calme, de concentration et d'attention sans perturbation, de confiance, en lien étroit avec les exigences de la situation.

    L'état de flow se développe dans les situations ayant les caractéristiques suivantes :

    • un défi réaliste ;
    • une certaine plage de liberté ;
    • des objectifs et règles précis et clairs ;
    • la possibilité de se concentrer sur l'instant présent ;
    • la capacité de faire face à la situation : compétence, moyens, etc. ;
    • la sensation de maîtriser la situation ;
    • des résultats immédiatement visibles ;
    • la faculté d'associer sans effort l'action à la prise de conscience de ce qui se passe en nous ;
    • un détachement par rapport à l'enjeu de la tâche à accomplir.

    Au contraire, certains facteurs peuvent être limitants :

    • manque de compétences ;
    • impossibilité de se concentrer ;
    • manque de motivation ;
    • surcharge de travail ;
    • manque de dialogue ;
    • manque de valorisation ou d'explication dans l'évaluation et l'analyse des résultats.

    Avantages

    • Une fois vécu, connu et intégré, le flow peut être reproduit dans diverses situations : travail, activités physiques, artistiques, etc. Il est alors possible de se mettre dans les conditions idéales, d'utiliser ces routines pour gagner en sérénité et réussir.

    Précautions à prendre

    • Attention à ne pas confondre recherche de l'état de flow et quête du Saint Graal. Si les efforts fournis pour le ressentir sont trop importants ou si les pensées sont uniquement tournées vers lui, cet état n'a que peu de chances de survenir.

    Comment être plus efficace ?

    Les facteurs favorisant le flow

    L'outil ci-dessous permet d'atteindre le flow et de limiter la réactivité.

    • La charge mentale

      Objectifs : évaluer l'effort intellectuel que demande la tâche en termes de :

      • concentration ;
      • disponibilité ;
      • motivation ;
      • apprentissage ;
      • coopération, etc.

      Points clés : la charge mentale est en lien direct avec le temps qu'il est possible de consacrer à la tâche, mais aussi la possibilité de se concentrer, de ne pas être dérangé, de pouvoir organiser des réunions, se former, etc. L'évaluation du temps nécessaire est donc un point incontournable.

    • Le stress

      Objectifs : faire la balance entre les contraintes perçues et les ressources perçues disponibles pour faire face à la situation.

      Points clés : si le niveau de stress est trop bas, la stimulation sera faible et l'ennui risque d'apparaître. Si le niveau de stress est trop élevé, l'individu va vite s'épuiser.

    • Les risques dans la relation

      Objectifs : mesurer l'impact des résultats escomptés sur son environnement extérieur. Ne pas prendre cette dimension en compte peut faire apparaître alors des comportements déviants chez soi ou l'autre.

      Points clés : se poser les questions suivantes :

      • Quelles seront les conséquences de mes actions ? pour moi ? pour les autres ?
      • Quelles vont-être les réactions de mon entourage ?
      • Mes actions sont-elles utiles pour moi ? pour les autres ?
    • Les efforts physiques

      Objectifs : évaluer le niveau d'activation et de stimulation nécessaires pour réaliser la tâche en termes de :

      • fatigue ;
      • énergie dépensée ;
      • récupération possible ou non ;
      • cadence ;
      • déplacements, etc.

      Points clés : il est important de prendre en compte à la fois la nature de la situation à venir et les besoins personnels et individuels.

    • Le plaisir

      Objectifs : permettre l'apparition d'émotions plaisantes et facilitantes en se sentant :

      • responsable ;
      • motivé ;
      • confiant, etc.

      Points clés : les émotions plaisantes favorisent l'optimisme et les pensées positives. Elles concourent à l'efficacité et à la sérénité.

    • L'efficience probable

      Objectifs : évaluer les bénéfices à court terme associés à l'atteinte des objectifs liés à la tâche.

      Points clés : la nature des bénéfices peut-être diverse :

      • les bénéfices intrinsèques : connaissance, accomplissement de soi, expertise, etc. ;
      • les bénéfices extrinsèques : gains matériels, prestige, prime, etc.
    • L'expérience vécue (capitalisation)

      Objectifs : analyser, ancrer et réutiliser les mécanismes favorisant la réussite. La capitalisation des pratiques et facteurs facilitateurs augmente le sentiment de compétence et agit positivement sur la motivation.

      Points clés : pour être efficace, il faut se baser sur des faits et sensations précis et contextualisés.

    CAS : L'élaboration du programme d'action de Marion

    Contexte

    Marion travaille dans une banque. Elle se voit confier la gestion d'un portefeuille client complexe. Cela va l'amener à coopérer avec des collègues travaillant dans d'autres équipes et à utiliser des compétences qu'elle n'avait pas encore eu l'occasion d'exploiter : gestion d'équipe, utilisation d'outils de pilotages, etc.

    De plus, le client dont elle va s'occuper est très exigeant et apprécie la réactivité. Son manager compte sur son calme et sa rigueur pour mener à bien ce nouveau défi.

    Les résultats obtenus

    Marion a utilisé le tableau ci-dessus afin de maximiser ses chances de se trouver dans un état optimal pour mener son activité à bien. Elle a repéré les éléments contraignants et ceux qui, au contraire, sont source de satisfaction.

    Consciente de ses besoins, elle a demandé une remise à niveau de ses compétences en sommeil. Elle a pris le temps de rencontrer les personnes avec qui elle allait devoir coopérer et celles qu'elle allait superviser.

    Avant d'accepter, elle a enfin demandé à son manager ce qui se passerait si elle échouait dans cette nouvelle activité. Celui-ci l'ayant assurée de son soutien, Marion s'est finalement lancée et s'épanouit pleinement aujourd'hui.

    Martine-Éva Launet, Céline Peres-Court

    Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
    rédacteur en chef

    La Lettre de la Rédac

    Chaque semaine, l'essentiel de l'actu