Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de L'Efficacité professionnelle
Chapitre I : Sortir la tête de l'eau

Fiche 05 : La pensée positive

  • Retrouvez 13 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 28 nov. 2017
©

La boîte à outils de L'Efficacité professionnelle

6 chapitres / 71 fiches

S'accueillir là où l'on est et monter doucement les marches

En résumé

Lorsque nous sommes submergés de travail, nous pouvons avoir tendance à nous culpabiliser de ne pas y arriver ou à juger la situation insurmontable.

Ces pensées ne sont pas aidantes, bien au contraire. Elles nous enfoncent dans un stress inefficace et brouillent nos capacités intellectuelles.

La pensée positive nous permet d'accueillir la situation et surtout de nous accueillir nous-mêmes avec bienveillance. En diminuant notre stress, elle nous permet de prendre du recul et de retrouver confiance en nous. À lui seul, le bien-être qu'elle procure vaut le voyage.

http://goo.gl/8j2oLK

Laissez-vous guider pour une visualisation relaxante

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Le but de la pensée positive est de diminuer la pression qui nous maintient la tête sous l'eau, pour que nous puissions nous sentir mieux et voir plus clairement les issues à la situation.

Contexte

Nous pouvons monter les marches de la pensée positive chaque fois que nous nous sentons submergés par une situation que nous nous sentons incapables de résoudre : surcroît de travail, mission difficile, blocage, etc.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Repérez votre émotion négative.

    • Ne laissez pas s'installer vos émotions négatives. Repérez-les dès les premiers signaux désagréables.
    • Nommez votre émotion du moment : est-ce de la peur, de la colère, du dégoût, de la tristesse, de la frustration ?
  • Identifiez la pensée associée à l'émotion.

    • Ce n'est pas la situation elle-même qui provoque l'émotion. C'est la perception que vous en avez. Dans un contexte identique, deux personnes auront un vécu différent.
    • Quel est votre dialogue intérieur ? Par exemple, " je ne vais pas y arriver ", " je suis nul ", " j'aurais dû... ", " avec moi, ça ne marche jamais " " personne ne se rend compte... ", etc.
  • Choisissez une première pensée positive.

    • Accueillez la situation : toute expérience mérite d'être vécue et nous permet de grandir : qu'a-t-elle à vous apprendre ?
    • Accueillez-vous tel que vous êtes en ce moment. Vue la situation, vous avez le droit de ne pas y arriver, d'être fatigué, stressé, d'avoir peur ou d'être en colère.
  • Montez sur la deuxième marche.

    • Par exemple, relativisez le blocage actuel par rapport à d'autres situations où vous avez dépassé un cap difficile, revisitez vos autres talents, les moments où vos émotions vous ont été utiles.
  • Poursuivez votre ascension sans forcer.

    • Une étape suivante pourrait être de prendre des dispositions pour résoudre la situation. Par exemple : " je vais prendre 20' pour me reposer avant de m'y remettre " ; " Je laisse passer la journée et je prends rendez-vous avec Untel demain ", etc.
    • Vous ne serez peut-être pas prêt à envisager un plan d'action. Soyez OK avec ça, le but est d'aller mieux, pas de vous culpabiliser.

Méthodologie et conseils

  • Si vous n'arrivez pas à trouver la première pensée, accueillez cela aussi : " je suis trop stressé pour avoir les idées claires " ou " cette méthode est nouvelle pour moi, il est normal que je n'y arrive pas tout de suite ".
  • Nous avons parfois besoin de tâtonner pour trouver la pensée adéquate. Si vous n'arrivez pas à y croire, la marche est trop haute. Si vous ressentez plus de lourdeur que de bien-être, la pensée n'est pas appropriée.
  • Le but de la démarche est que vous vous sentiez mieux. Savourez ce mieux à chaque marche ! ¦

" La seule chose qui change la manière dont vous vous sentez en ce moment, c'est la pensée que vous entretenez en ce moment. " Abraham Hicks

Avantages

  • Nous ressentons un mieux-être immédiat.
  • Nous retrouvons nos capacités intellectuelles, ce qui peut nous aider à entrevoir une solution.

Précautions à prendre

  • Attention à ne pas aller trop vite. Il ne s'agit pas de dire que tout va bien quand la situation est inconfortable. Ajustez la taille de chaque marche à votre ressenti.

Pascale Bélorgey

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu