Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la stratégie
Chapitre IV : Les niveaux de stratégie

Fiche 09 : La croissance interne

  • Retrouvez 10 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 août 2016
©

La boîte à outils de la stratégie

8 chapitres / 56 fiches

Le mode de développement par croissance interne (ou organique) consiste pour l'entreprise à se développer à partir de ses propres ressources. Dans un développement par spécialisation, la croissance interne est à privilégier dans la phase d'expansion du DAS (recrutement et investissements en production, commercialisation...). Dans un développement par diversification, la croissance interne représente la capacité de l'entreprise à innover par ses propres moyens (R & D), particulièrement en phase de démarrage d'un nouveau domaine d'activité.

  • Imprimer

Un mode de développement naturel

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

L'entreprise considère qu'elle dispose des moyens pour se développer seule et souhaite maîtriser tous les aspects de ce développement. Il est possible aussi qu'elle n'ait identifié aucune cible intéressante pouvant faire l'objet d'une acquisition, ou qu'elle ne dispose pas des ressources financières requises pour acquérir d'autres entreprises.

Les 2 modes de développement (interne et externe) restent très complémentaires et doivent être utilisés en fonction des différentes situations et opportunités.

Contexte

Le dirigeant recherche la croissance rentable, celle qui s'accompagne d'un retour sur investissement supérieur au coût du capital. La croissance interne (ou orga-nique) lui permet de contrôler la cohérence du développement de l'entreprise.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Les facteurs de croissance d'une entreprise tiennent au dirigeant lui-même, à sa motivation, aux choix structurels (comme la délégation ou à l'inverse la centralisation), et enfin au dynamisme propre du domaine d'activité. La croissance se traduit par un développement de la taille de l'entreprise pouvant prendre 3 formes :

  • L'augmentation d'inputs (intrants) : l'entreprise fait entrer dans son périmètre des effectifs, des fonds propres, des capacités de production supplémentaires.
  • L'augmentation d'outputs (extrants) : l'entreprise accroît sa production ou son offre de produits et de services.
  • L'augmentation d'outcomes (résultats) : l'entreprise augmente son chiffre d'affaires, sa trésorerie, sa part de marché, sa valeur boursière.

Méthodologie et conseils

Le mode de développement par croissance interne utilise les propres ressources de l'entreprise.

Le choix entre croissance interne ou externe peut se fonder sur l'évaluation des coûts engendrés par le recours au marché (coûts de transaction) :

  • Les coûts de transaction sont liés à la sélection de l'entreprise à acquérir (analyse des cibles, négociation, formalisation juridique...), puis aux incertitudes une fois la transaction réalisée (risques sociaux, accompagnement de l'intégration...).
  • Les coûts de coordination sont liés à la croissance interne (recrutement, formation, management...).

Si les coûts de transaction sont supérieurs aux coûts de coordination évalués, il est préférable de procéder par croissance interne.

Avantages

  • La croissance interne est un mode de développement moins risqué et plus facilement maîtrisable, car régulier et continu. L'expérience acquise est valorisée.

Précautions à prendre

  • La croissance interne est un mode de développement lent (donc coûteux), qui exige un temps plus long que le rachat d'actifs existants ou l'acquisition de technologies.
  • Ce développement solitaire peut aussi conduire le dirigeant à rester isolé dans son activité, en se privant d'éventuels partenariats et de remise en question.
  • L'intrapreneuriat consiste à encourager ses collaborateurs à développer en interne de nouvelles activités (exemple : Google autorise ses salariés à consacrer 20 % de leur temps de travail au sein du groupe à un projet personnel).

Bertrand Giboin © Dunod