Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de l'Organisation
Chapitre VI : Les outils d'amélioration

Fiche 07 : La matrice de décision

  • Retrouvez 11 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de l'Organisation

9 chapitres / 63 fiches

En résumé

Face à plusieurs solutions, il est parfois difficile de choisir. La matrice de décision est un outil pour nous aider à prendre une position. Ce n'est pas l'outil qui choisit, il nous aide. On peut très bien remettre en cause un choix dicté par l'outil. Cela veut dire que de nouveaux facteurs ont été pris en compte par rapport à ceux qui ont permis de faire cette matrice.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Sur la base de critères définis au préalable, on construit la matrice et on compare les différentes solutions à notre disposition. Grâce à cette comparaison, on peut évaluer le niveau de satisfaction de ces critères par chacune d'elles. On identifie ainsi la solution qui répond au mieux aux différents critères.

Contexte

Ce genre d'outils est utilisé lorsqu'un groupe de travail résout un problème. On est amené à proposer plusieurs solutions et il va falloir en préconiser une. Mais il ne faut pas laisser de place à la subjectivité. Certains membres du groupe vont avoir des préférences car une solution leur sera plus favorable. Ce ne sera pas basé sur des choses objectives. La matrice nous aide à rendre le choix basé sur des choses plus factuelles.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Dans un groupe de travail qui résout un problème, le déroulement de la méthode nous amène à plusieurs solutions possibles.

  • On doit disposer de critères de choix. Ces critères vont être de deux catégories :

    • les critères impératifs : ils doivent être satisfaits par la solution qui sera choisie ;
    • les critères souhaités : ce sera la solution qui y répond au mieux qui sera choisie.
  • Dans les critères impératifs on peut trouver des questions de coût : ne pas dépasser un budget pour la solution, ou des délais pour la mettre en place.
  • Pour les critères souhaités on trouve des aspects liés à la facilité pour mettre en oeuvre la solution : une formation facile du personnel.
  • Tous ces critères sont définis par le demandeur du projet qui sera le décisionnaire final au sein d'un comité de pilotage.
  • On commence par les critères impératifs et on vérifie que chaque solution y satisfait. On met " oui " quand la solution respecte le critère et on met " non " quand ce n'est pas le cas. Ensuite, si une solution comporte au moins un " non ", on l'élimine. Ne restent que celles qui ne comportent que des " oui ".
  • Ces solutions restantes sont comparées face aux critères souhaités. On classe les solutions de 1 à X (X étant le nombre de solutions restantes). On met X à la solution qui répond le mieux au critère analysé et 1 à celle qui y répond le moins bien. Les autres s'échelonnent entre 1 et X. Ensuite on fait le total par colonne et la solution qui a le plus fort total sera préconisée.
  • Dans cette matrice ,on peut mettre un coefficient de pondération pour chaque critère souhaité si on considère qu'ils n'ont pas la même importance. Il suffit alors de multiplier chaque note obtenue par le poids du critère pour avoir la note de la solution pour un critère. Puis on fait le total par colonne.

Méthodologie et conseils

Il est important de bien définir les critères et leur coefficient pour les souhaités avec le décideur, premier client du projet. La proposition peut être recalée et une autre solution choisie si le décideur modifie ses critères de choix.

Avantages

  • Outil s'appuyant sur des éléments factuels, permettant de prendre une décision objective.
  • En cohérence avec les désirs du demandeur du projet.

Précautions à prendre

  • Étayer le plus possible ses cotations par des éléments chiffrés ou des preuves.

Benoît Pommeret

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu