Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de l'Organisation
Chapitre VI : Les outils d'amélioration

Fiche 11 : Le benchmarking

  • Retrouvez 11 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de l'Organisation

9 chapitres / 63 fiches

Trois types de benchmarking

En résumé

Selon Xerox Coroporation, " Le benchmarking est un processus continu d'évaluation de nos produits, services et méthodes par rapport à ceux des concurrents les plus sérieux ou des entreprises reconnues comme leaders. "

Le benchmarking est la recherche des méthodes les plus performantes pour une activité donnée, permettant de s'assurer une supériorité.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

  • Surveiller son environnement, pour y repérer les signaux faibles en émergence (marché-technologie).
  • Être meilleur que les concurrents, ou au moins au même niveau.
  • Profiter de toutes les opportunités et provoquer les ruptures.
  • Apporter des idées nouvelles.

Contexte

Dans notre environnement concurrentiel, il faut se comparer aux autres entreprises. En premier lieu on s'évaluera par rapport à sa concurrence. Mais on ne pourra qu'avoir des bribes d'informations. Il nous importe de savoir qui est le leader sur le marché de tel ou tel produit. Le benchmarking aidera le manager qui l'utilise à trouver des idées nouvelles pour faire se démarquer l'entreprise par rapport à sa concurrence.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Planification

    Identifier les " produits " que les clients sont en droit d'attendre : les caractériser sous forme d'attentes. Subdiviser en rubriques, et s'assurer de la pertinence par la présence de données suffisantes et opérationnelles. Il est important avant tout de bien connaître son mode de fonctionnement : analyse du processus, méthodes utilisées, mesures utilisées.

    Préparer la collecte des données : tout d'abord exploiter les données dans le domaine public pour identifier les entreprises cibles. Les concurrents directs ne doivent pas être les cibles uniques. Il faut trouver des cibles d'un même secteur mais défini largement. Pour cela on peut utiliser les banques de données publiques :

    • Kompass, INPI, Info-greffe, etc. ;
    • Internet ;
    • Les associations professionnelles ;
    • revues professionnelles ;
    • sociétés d'étude marketing (NIELSEN, SECODIP...).

    Choisir la méthode de collecte des données : critères, sources, mode de collecte et questionnaire. Visite du partenaire ou par téléphone (moins efficace).

    Indiquer clairement au partenaire choisi qui vous êtes et préciser que l'on recherche des partenaires de benchmarking prêts à échanger. Ne demander que des données que l'on est prêt à partager. Le partenaire doit y trouver aussi un intérêt. Le respect de la confidentialité doit être assuré.

  • Analyse

    Déterminer les écarts positifs et négatifs.

    Fixer les futurs niveaux de performance à atteindre. En comprendre les origines et déterminer sur quels éléments opérationnels agir à partir des meilleures pratiques observées.

  • Intégration

    Communiquer sur les résultats du benchmarking et les faire accepter.

    Fixer des objectifs opérationnels.

  • Actions

    Élaborer des plans d'actions.

    Démarrer des actions spécifiques et en assurer le suivi.

    Redéfinir les benchmarks.

Méthodologie et conseils

  • Il faut concentrer les recherches sur les entreprises leaders reconnues comme les meilleures dans leur domaine.
  • Le respect des étapes est fondamental.
  • Cette méthode nécessite une ouverture aux idées nouvelles et à la créativité.

Avantages

  • Processus de fixation d'objectifs.
  • Processus de découverte.

Précautions à prendre

  • Montrer une volonté de partager des informations avec le partenaire.

Benoît Pommeret

Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
rédacteur en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

s