Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise
Chapitre I : Communiquer efficacement

Fiche 01 : La construction de la réalité

  • Retrouvez 10 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 28 nov. 2017
©

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise

7 chapitres / 71 fiches

De la réalité au comportement


En résumé

Notre personnalité repose sur un ensemble de paramètres qui peuvent être organisés en trois catégories : neurologiques, culturels et personnels. Chaque catégorie agit comme un filtre qui déforme les situations que nous vivons à chaque instant pour nous en donner une représentation.

Les paramètres qui composent ces filtres sont propres à chaque individu et cela explique que, face à une même réalité, deux personnes auront des représentations nécessairement différentes, et parfois même opposées. Par exemple, l'un verra dans la situation une opportunité, alors que l'autre y verra une menace ; et pourtant la réalité à l'origine est la même pour les deux !

Autrement dit : notre vision du monde n'est pas le monde.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

  • Les individus réagissent à la représentation qu'ils se font des choses (ce qu'ils pensent qu'ils vivent) plutôt qu'à ce qu'ils vivent réellement.
  • Dans un grand nombre de situations, la réalité est rarement un problème en soi, mais c'est notre représentation de la réalité qui pose problème. D'ailleurs les interventions thérapeutiques visent souvent à faire évoluer la représentation des choses, des événements... Il est en effet plus efficace et plus rapide d'agir sur soi plutôt que de vouloir agir sur la réalité (notre environnement, les autres) parce que notre influence est souvent limitée.

Contexte

Il est donc nécessaire d'avoir conscience en permanence de l'existence de ces filtres qui déforment la réalité. Cela devient même indispensable lorsque la représentation que vous vous faites d'une situation est négative ou limitante. En effet, le réflexe premier des individus est d'agir sur l'origine externe d'un problème, c'est-à-dire bien souvent sur les autres pour qu'ils changent de comportement. Dans ce cas, vous risquez une double sanction :

  • Il est peu probable que l'origine de ce que vous percevez comme un problème change.
  • Vous vivez mal la situation avec toute la panoplie d'émotions négatives que l'on peut imaginer : frustration, angoisse, colère...

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Lorsque vous parlez d'une situation, prenez le réflexe de commencer vos phrases par " je pense que... ", " je vois que... ", " il me semble que... " pour montrer aux autres que vous avez conscience que votre point de vue n'est pas universel et que vous êtes donc ouvert à l'échange.
  • Dans cette situation, si votre représentation génère une réaction négative en vous, reconsidérez-la sous un autre angle, en répondant à ces questions :

    • " Quels sont les autres éléments de la réalité que j'ai - inconsciemment - occulté ? "
    • " Quels avantages cette situation pourrait-elle avoir pour moi ? "
    • " Quels sont les autres points de vue possibles de cette situation ? "

    Méthodologie et conseils

    • Reconsidérer une situation différemment demande un véritable effort ! Les schémas cognitifs sont généralement bien ancrés et il est difficile de les modifier sans se faire violence. D'ailleurs le philosophe Alain disait : " le négativisme est d'humeur, l'optimisme est de volonté ".
    • Pour vous entraîner, prenez une personne dont vous ne voyez que les défauts et trouvez-lui un maximum de qualités.

    Avantages

    • Cette approche permet de réintroduire les nuances de gris entre les deux points de vue extrêmes du blanc et du noir. La philosophie bouddhiste prône d'ailleurs " la voie du milieu " en toutes choses. Nous perdons beaucoup de temps à expliquer aux autres que notre vision du monde est la vraie, la seule possible.
    • Elle vous permettra aussi de développer une flexibilité cognitive et comportementale salutaire pour passer plus facilement à travers toutes les difficultés de la vie.

    Précautions à prendre

    • Même si ces notions sont faciles à comprendre, dans les faits, elles demandent une attention de tous les instants.
    • Au début, cette approche peut générer la peur d'une perte identitaire qui s'exprime sous la forme : " je suis tellement habitué à voir ça sous cet angle que j'ai peur de me renier à voir aussi ça sous un autre ". Cette appréhension justifiée est à mettre au regard du malaise qui est le vôtre dans la situation par rapport au bénéfice d'y être confortable.
  • Laurent Lagarde