Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise
Chapitre VII : Développer son potentiel créatif

Fiche 03 : La matrice combinatoire

  • Retrouvez 9 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 28 nov. 2017
©

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise

7 chapitres / 71 fiches

Combiner différents paramètres d'un problème pour élaborer des idées


En résumé

Dans les années 1960, F. Zwicky, un astrophysicien, a été confronté à des problèmes techniques extrêmement complexes pour améliorer les moteurs à propulsion. Pour les résoudre, il a eu l'idée de disséquer un moteur en ses différents organes, d'identifier des alternatives pour chacun et de combiner ces alternatives de manière aléatoire pour trouver de nouvelles idées.

Cette idée a donné naissance à la technique de la matrice combinatoire (ou " analyse morphologique " dans son appellation scientifique). Le principe consiste à étudier le résultat produit par l'arrangement, la combinaison de différents composants d'un objet ou d'un concept.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

  • Un problème, surtout s'il est complexe, peut se révéler ardu à résoudre quand il est abordé de manière globale. Il est plus efficace de le décomposer en une liste de composants et de travailler sur chacune individuellement.
  • La créativité naît de rencontres improbables. Ainsi, du croisement de deux éléments qui a priori n'ont pas de relations entre eux peuvent émerger de nombreuses idées nouvelles.
  • La matrice combinatoire propose justement d'essayer des combinaisons improbables entre les composants d'un problème pour identifier de nouvelles idées.

Contexte

La technique, issue de l'environnement technique, s'applique naturellement à des produits, et plus généralement à des concepts, des idées ou phénomènes, tant qu'ils sont un minimum complexes. Pour ces derniers, elle permet d'élaborer des scénarios exploratoires ou prospectifs.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Définissez la largeur d'étude en mettant à jour les composants de votre problème. Il s'agit d'en identifier les paramètres, caractéristiques, propriétés, qualités... Parmi tous les composants ne conservez que les dix plus importants pour vous ; au-delà le nombre de combinaisons à explorer devient trop grand.
  • Présentez chaque composant en en-tête des colonnes d'un tableau.
  • Définissez la profondeur en identifiant (par un brainstorming) toutes les variations (ou déclinaisons) possibles de ces composants dans leur forme, format, style, couleur, composition... De même, limitez-vous à dix variations par composant.
  • Prenez au hasard un élément de chaque colonne et combinez ces différents éléments entre eux. Étudiez le scénario qui s'offre à vous, par exemple dans notre tableau : ConfA2 + ConfB1 + ConfC3 + ... + ConfN2. Quelle(s) idée(s) cela vous évoque-t-il ?
  • Passez en revue autant de combinaisons que possible dans le temps imparti, sans nécessairement les prendre dans l'ordre.
  • Méthodologie et conseils

    • Lorsque vous étudiez des combinaisons aléatoires, prenez le temps de visualiser la combinaison nouvelle qui se présente à vous. Ne restez pas bloqué sur ce qui émerge car l'idée apparaît rarement à l'état brut. Autorisez-vous des digressions, des modifications, des améliorations... Laissez libre court à votre imagination !
    • La difficulté de la technique réside dans la tentation de vouloir vérifier immédiatement la viabilité de chaque idée. Procédez dans le respect du double entonnoir (cf. outil 63) : d'abord une phase de divergence pour produire un maximum d'idées puis une phase de convergence pour sélectionner les plus pertinentes.

    Avantages

    • La créativité repose sur la capacité à organiser, de façon originale, différents éléments : c'est justement ce que permet cet outil et peut-être aussi la raison pour laquelle on l'appelle idea box (la boîte à idées).

    Précautions à prendre

    • Si vous voulez (ou devez) travailler sur une largeur de plus de dix composants et/ou une profondeur de plus de dix variations, procédez à des combinaisons partielles, c'est-à-dire sans chercher à prendre systématiquement en compte tous les paramètres.

    Comment être plus efficace ?

    En reprenant le principe de la matrice combinatoire de combiner différents paramètres d'un problème ou d'un produit, deux autres outils ont été élaborés.

    Matrice d'analyse

    La matrice d'analyse est une version simplifiée de la matrice combinatoire.

    Elle consiste à ne se focaliser que sur les deux composants-clés (ceux que vous jugerez comme tel), et à croiser les variations possibles de chaque composant. Puisque la version est simplifiée, limitez aussi le nombre de déclinaisons possibles.

    Cette variante est à utiliser lorsque vous manquez de temps ou pour amorcer le flot d'idées en démarrage d'un brainstorming par exemple.

    Matrice de découverte

    Elle consiste à croiser deux listes d'éléments à rapprocher, comme par exemple :

    • des besoins (ou des attentes) à satisfaire et les moyens (les points fort du service ou de l'entreprise) ou les ressources à disposition pour les combler ;
    • une offre et une demande ;
    • le contenant et le contenu...

    Il suffit alors de construire le tableau et d'étudier chaque intersection :

    • certaines correspondront probablement déjà à des solutions éprouvées ; dans ce cas, posez-y une croix " X " puisqu'il n'est pas nécessaire d'investiguer plus ;
    • les cases restantes recèlent un potentiel créatif ; étudiez-les une par une pour identifier les idées nouvelles idées auxquelles elles vous conduiraient.

    Voici une illustration (à partir du cas ci-après) :

    Exemple d'Utilisation de la matrice combinatoire

    Pour illustrer la technique de la matrice combinatoire, nous vous proposons de vous immerger dans le cas suivant.

    Vous êtes ingénieur R&D chez un constructeur automobile et votre direction vous demande de lui fournir des idées d'amélioration des véhicules existants.

    • Largeur. Après une rapide analyse des données en votre possession, vous décidez de travailler sur quatre composants : les motifs d'insatisfaction des clients, les équipements optionnels les plus achetés, les types de design que votre bureau d'études propose et enfin la dernière étude du marketing qui met en avant les qualités que les clients attendent de leur voiture.
    • Profondeur. Pour chaque composant, vous cherchez à identifier les variations possibles. Pour vous y aider, vous traduisez votre recherche sous forme de question.

      • Quels sont les motifs d'insatisfactions des clients ? > Vous les entendez au quotidien !
      • Quels sont les équipements optionnels proposés aux clients ? > Vous avez un catalogue à portée de main.
      • Quelles formes de design peut-on créer dans l'habitacle ? > Ce sont les contraintes de votre bureau d'études.
      • Que peuvent attendre en plus les clients d'un véhicule ? > Le marketing a fait le travail pour vous !

    Vous pouvez compiler les informations dans une matrice combinatoire, pour étudier quelques-uns des seize scénarios possibles :

    Prenez une configuration au hasard : odeurs + climatisation bizone + caché + propreté intérieure.

    Vous réfléchissez un moment à cette combinaison. Vous imaginez d'abord que la climatisation reflue les mauvaises odeurs dans l'habitacle... Cette idée n'apporte rien, mais vous ne la refusez pas, sachant que votre créativité fonctionne par association et que de là viendra peut-être autre chose...

    Et Justement ! Il vous vient l'idée qu'à l'inverse, pour garder l'habitacle propre, la climatisation aspire via des prises d'air cachées les mauvaises odeurs... Et finalement, il vous vient encore cette dernière idée : inclure à la climatisation de la voiture un diffuseur de parfum pour chasser les mauvaises odeurs.

    Vous notez donc ces deux idées sur votre liste. Vous en évaluerez l'intérêt plus tard.

    Vous décidez maintenant de prendre une nouvelle combinaison au hasard pour continuer à trouver de nouvelles idées...

    Laurent Lagarde