Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Motivation
Chapitre VII : Renforcer sa motivation dans l'action

Fiche 07 : Le deep-learning

  • Retrouvez 7 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Motivation

8 chapitres / 53 fiches

Tenir son journal de bord, travailler en binômes pour ancrer ses réussites


En résumé

L'apprentissage en profondeur se différencie de l'apprentissage " en surface " qui repose sur le " par coeur " ou la simple répétition, sans compréhension ni utilisation. Il s'appuie sur des approches constructivistes (à la rencontre des neurosciences et de l'intelligence artificielle), qui débouchent pour l'apprenant sur la modélisation et la mise en pratique. Concrètement, tenir son journal de bord, travailler en binôme ou au sein d'un groupe de réussite, sont autant d'approches valorisant la collaboration, la mise en pratique et le retour d'expérience comme leviers de motivation. La motivation est un facteur d'apprentissage bien connu des enseignants et des formateurs. Ainsi, le " deep-learning " est aussi une source de motivation et de confiance pour passer à l'action !


Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

  • Mettre en action ses apprentissages et les adapter à la réalité du terrain.
  • Formaliser ses avancées et ses difficultés pour prendre appui sur du concret.
  • Se confronter de façon bienveillante et constructive avec soi-même et avec les autres.
  • Se motiver par une démarche d'auto-évaluation, de progrès et d'amélioration continue.

Contexte

Mettre en place des actions pour soi-même permettant de prendre du recul sur ses apprentissages et de bénéficier de retours d'expérience est particulièrement mobilisant. Par exemple, écrire son objectif, son plan d'action, les ressources dont on dispose et les points de vigilance pourra servir de cap tout au long d'une action. De même, rencontrer régulièrement un partenaire pour échanger sur l'avancement de son projet accroîtra la motivation à passer à l'action dans l'optique de partager ses avancées et ses réalisations.

Comment l'utiliser ?

Le " deep-learning " peut se traduire de plusieurs façons. Ces étapes ne sont pas chronologiques, elles forment un " champ des possibles " et peuvent être cumulées.

Étapes

  • Tenir un journal de bord. Disposer d'un carnet pour y noter vos idées, vos préoccupations, formaliser vos objectifs, vos plans d'actions, consigner les réussites et les atouts, analyser les difficultés et les ressentis...
  • Travailler en binôme. Créer une relation privilégiée et dédier un temps spécifique d'écoute et de partage pour vous aider réciproquement à faire avancer vos projets respectifs. Apprendre à aider et à être aidé.
  • Constituer un groupe de partage et de réussite. Mettre en commun les qualités et les talents de chacun, et utiliser la dynamique du groupe pour démultiplier l'énergie et la motivation. Partager sa motivation avec d'autres et appartenir à un groupe solidaire permet de renforcer sa propre motivation.
  • Méthodologie et conseils

    Lister les avantages et les inconvénients de chacun des dispositifs au regard de votre propre fonctionnement, et identifier l'investissement que vous êtes prêt à y consacrer ainsi que les bénéfices que vous en attendez. Et faire votre choix en conséquence...

    Avantages

    • Tenir un journal de bord, travailler en binôme ou au sein d'un groupe de réussite permet de prendre de la hauteur sur ses pratiques professionnelles, et d'utiliser les retours et partages d'expériences comme des leviers de motivation. Cela permet aussi d'expérimenter de nouvelles choses dans un cadre sécurisant et de tester ses idées.

    Précautions à prendre

    • Multiplier les dispositifs de " deep-learning " peut mener à la dispersion et à un effet de " saupoudrage ". Aussi, il est essentiel d'assigner un objectif précis à chaque démarche engagée, en lien avec votre but et vos priorités, et de s'y tenir.

    Comment être plus efficace ?

    S'auto-motiver grâce à la tenue d'un journal de bord

    • Datez chacune de vos contributions. En termes de fréquence, votre rythme est le bon. Expérimentez des variantes et retenez ce qui est bon pour vous.
    • Commencez par noter l'objectif de ce rendez-vous avec vous-même. Exemple : À quoi est-ce que je souhaite arriver à l'issue de ce temps de réflexion ? À quoi verrai-je que j'ai atteint mon objectif ?
    • Écrivez ensuite avec liberté et spontanéité. Osez " brainstormer " seul(e) en faisant appel à des personnes ressources en imagination : " Si j'étais Fanny, quelles idées aurais-je ? Quels conseils me donnerait Pierre ? ", ou en vous nourrissant d'échanges précédents.
    • Créez des rituels, des repères, une façon de faire qui vous convient et que vous pourrez réutiliser. Exemple : Où en suis-je aujourd'hui ? Où est-ce que je souhaite arriver et quand ? Quels sont les enjeux ? Quels sont mes ressentis ? Les bénéfices et inconvénients de la situation ?
    • Prenez régulièrement le temps de vous relire et de constater le chemin parcouru : c'est une vive source de motivation !
    • Vous ne savez pas par quoi commencer ? Voici quelques sources d'inspiration : lister par exemple les personnes que vous voulez voir, ce que vous voulez accomplir, les amitiés, les voyages, les bons moments passés et à venir... dans l'année, dans le mois, dans la semaine. Cela est générateur d'énergie positive, de motivation et de créativité.

    Constituer un binôme orienté action et solutions ou un groupe de réussite

    • Prenez un temps de réflexion personnelle en amont pour clarifier ce que vous attendez du binôme ou du groupe, ce que pouvez/voulez donner et recevoir, ainsi que vos limites. Vous serez d'autant plus motivé et satisfait si le binôme ou le groupe répond à vos attentes.
    • Soyez attentif au choix des personnes avec qui vous vous engagez. Les résultats d'une étude de Jérôme Dinet, maître de conférences en psychologie et ergonomie cognitives à l'université Paul Verlaine de Metz, réalisée auprès d'élèves de sixième sur le travail en binôme, tend à montrer que les binômes constitués d'élèves sans lien d'amitié sont plus efficaces que les binômes constitués d'élèves entretenant des liens d'amitié, ces derniers étant néanmoins plus efficaces que les mêmes élèves travaillant seuls...
    • Accordez-vous ensuite avec les participants sur l'objectif, le programme, le contenu, la durée, afin de clarifier ce à quoi répond votre binôme ou groupe, et ce à quoi il ne répond pas. C'est l'occasion de construire ensemble une solution sur-mesure, et de faire des choix afin que le dispositif réponde aux besoins de chacun.
    • Construisez ensemble le cadre de vos relations et les règles du jeu au sein du binôme ou du groupe : respect, bienveillance, confidentialité, confrontation, production entre les séances ou pas... Autant d'éléments qui apporteront la sécurité nécessaire à l'expression de votre créativité et qui renforceront votre motivation à donner et à recevoir.
    • Mettez les temps intermédiaires à profit pour nourrir les temps partagés et vice-versa.
    • Enfin, sachez mettre un terme à un binôme ou à sa participation à un groupe de réussite quand le moment est venu.

    CAS : Le co-développement ou l'art de l'efficacité partagée

    La démarche consiste à constituer des groupes de 6 à 8 personnes qui vont vivre une série de rencontres avec un animateur, qui garantit la qualité du processus et une objectivité utile au groupe. Pour Adrien Payette et Claude Champagne, " Le groupe de codéveloppement professionnel est une approche de développement pour des personnes qui croient pouvoir apprendre les unes des autres afin d'améliorer leur pratique. "

    Sources : Centre européen du co-développement professionnel et managérial - Association française de co-développement professionnel

    Au cours d'une séquence de co-développement professionnel (une demi-journée), un participant a convenu d'être le " client " et de présenter au groupe un problème, une préoccupation ou un projet. Les participants sont alors " consultants " et ont le challenge d'apporter une aide utile au " client ". Ils sont ainsi vecteurs d'écoute active, de solutions et de motivation.

    Les bénéfices du co-développement sont multiples et variés car :

    • on part du terrain, les participants sont orientés vers la décision et l'action ;
    • les sujets traités sont réels, la séance est utile immédiatement ;
    • l'implication de chacun est forte pour soi-même et pour le groupe ;
    • la démarche favorise à la fois une évolution individuelle (prise de conscience de ses modèles, filtres, limitations, voies de progrès...) et une évolution culturelle partagée (apprentissage d'un fonctionnement coopératif, développement d'une solidarité et d'une culture de transversalité).

    Laurence Thomas, Sophie Micheau-Thomazeau

    Julien van der Feer,<br/>rédacteur en chef Julien van der Feer,
    rédacteur en chef

    La Lettre de la Rédac

    Chaque semaine, l'essentiel de l'actu