Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Motivation
Chapitre VIII : Se motiver soi-même par la cohérence personnelle

Fiche 02 : Le modèle des domaines de vie

  • Retrouvez 5 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Motivation

8 chapitres / 53 fiches

Investir ses différents domaines de vie de manière consciente, équilibrée et sereine



En résumé

Réaliser que nous pouvons atteindre un meilleur contrôle de nos engagements au regard de nos différents domaines de vie, procure un sentiment d'autonomie et de liberté. Le modèle des domaines de vie permet de mesurer notre degré d'investissement dans chacun de nos rôles : selon la satisfaction que nous en retirons, cette prise de conscience nous invite à revisiter nos objectifs de vie, et à décider du ou des domaines auxquels nous souhaitons consacrer plus (ou moins) d'énergie. Ainsi, plutôt que de subir les événements, redonner une part consciente et mesurée à nos différents rôles contribue à nous positionner en acteur de notre vie, porteuse de sens, de cohérence personnelle et de motivation...


Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

  • Évaluer son niveau d'engagement au regard des cinq domaines de vie, et vérifier si le temps et l'énergie que l'on y déploie apportent l'harmonie, la satisfaction et la performance attendues.
  • Repenser son modèle d'action et opérer les choix nécessaires, pour retrouver cohérence personnelle, renforcer sa motivation, gagner en confiance, flexibilité, estime de soi et énergie.

Contexte

Dans nos vies trépidantes, nous endossons plusieurs rôles dans lesquels nous sommes plus ou moins fortement engagés. La typologie des " domaines de vie " propose de mesurer comment nous investissons cinq champs génériques : repérer les zones de sur-investissement possibles (génératrices de stress, de frustrations et tensions) ouvre l'opportunité d'agir.

Le modèle d'Hudson propose les cinq domaines de vie suivants :

  • Domaine professionnel : activités liées à son métier et son identité professionnelle, actuelle ou en devenir, source de revenu ou pas ;
  • Domaine familial : temps consacré à ses parents, ses enfants, sa famille... ;
  • Domaine conjugal : temps et énergie consacrés à celui ou celle que j'aime et qui partage ma vie, qu'il ou elle soit là ou ailleurs ;
  • Domaine social : actions pour l'environnement, la société civile, la vie associative... ;
  • Domaine personnel : temps consacré à soi, à son bien-être, son développement personnel (activités sportives, artistiques, spirituelles, etc.)

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Identifier les différentes activités reliées à chacun des cinq domaines de vie, et les évaluer intuitivement et honnêtement (en termes de temps, d'énergie investis).
  • Les représenter graphiquement et considérer le schéma obtenu avec recul : la visualisation de cette répartition peut surprendre, décevoir, agacer, etc.
  • À la lumière de la représentation, évaluer en quoi le niveau d'engagement observé apporte la satisfaction ou la réussite souhaitées.
  • Réfléchir à d'autres configurations en variant les proportions : observer la satisfaction ou l'inconfort que cela procure.
  • Se donner la liberté d'agir en conscience et se fixer un objectif de répartition pour occuper tous les rôles de manière optimale.

Méthodologie et conseils

Évaluez chaque dimension indépendamment des autres : le score total peut alors excéder 100 %, information intéressante à exploiter pour effectuer les ajustements nécessaires.

Établir la répartition de son temps et de son énergie entre les cinq domaines de vie peut porter sur sa situation actuelle, sur la situation idéale, ou de manière plus réaliste, sur celle souhaitée 6 mois plus tard...

Avantages

  • Gérer d'une manière consciente et assumée ses différents domaines de vie suppose d'agir avec recul, de poser ses propres limites, et le cas échéant d'accepter de s'investir davantage pour un meilleur équilibre de vie global.

Précautions à prendre

  • Représenter graphiquement la répartition obtenue peut être déstabilisant, rendant parfois saisissante l'urgence d'un rééquilibrage...
  • Certains choix sont difficiles et nécessitent des arbitrages. La question centrale reste : " Qu'est-ce qui est le plus important pour moi ? " Et aussi : " Qu'est-ce que je suis prêt à lâcher ? ". La démarche peut être réitérée à intervalles réguliers : les priorités et répartitions peuvent évoluer dans le temps.

Laurence Thomas, Sophie Micheau-Thomazeau